Le nouveau scandale pourrait être porté sur grand écran. La célèbre militante américaine Erin Brockovich a critiqué, jeudi, la gestion du déraillement dans l'Ohio d'un train transportant des produits chimiques toxiques. Les habitants «ont tellement peur. Ils reçoivent tellement de messages contradictoires», a dit Erin Brockovich devant la presse lors d'une visite à East Palestine, sa deuxième en moins d'une semaine. «C'est tellement frustrant. C'est une dissimulation classique dans une catastrophe environnementale», a-t-elle fustigé, critiquant la compagnie ferroviaire et les autorités. «Quelque chose cloche ici.»

Le combat d'Erin Brockovich contre une grande entreprise américaine a été porté à l'écran en 2000 par Steven Stoderbergh dans un film qui porte son nom.

Lire aussi: Et au milieu d’East Palestine, dans l’Ohio, coule une rivière contaminée

Il y a un mois, le déraillement du train de la compagnie Norfolk Southern dans la localité d'East Palestine, dans l'Ohio (nord des Etats-Unis), avait provoqué un énorme incendie et des évacuations. Le train transportait entre autres du chlorure de vinyle, un produit chimique cancérigène et très inflammable utilisé dans la fabrication du plastique. Les autorités ferroviaires avaient ensuite procédé à des rejets «contrôlés» de chlorure de vinyle pour éviter une possible explosion, libérant des fumées toxiques.

Lire encore: Le déraillement d’un train transportant des produits toxiques suscite les craintes en Ohio

Des symptômes décrits par les résidents

«J'ai été abasourdie d'entendre parler de certains des problèmes de santé que (les habitants) ont», a-t-elle plus tard ajouté lors d'une réunion publique avec des résidents.

Ces nouveaux entretiens avec la population d'East Palestine visent à informer les habitants des moyens de lancer des actions en justice contre Norfolk Southern, selon les organisateurs de la réunion.

Certains habitants ont rapporté depuis l'accident qu'ils avaient eu divers symptômes, dont des maux de tête et des éruptions cutanées, et dit qu'ils craignaient de finir avec des cancers dans quelques années.

L'administration Biden critiquée

Pour répondre aux inquiétudes, l'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA) va exiger de Norfolk Southern qu'elle teste le niveau de dioxines, des polluants très toxiques, dans la région. Mais l'agence gouvernementale affirme que selon ses analyses, la probabilité de la présence de ces polluants dans la foulée du déraillement est «faible».

L'administration Biden a été critiquée, notamment par l'opposition républicaine, pour sa gestion du déraillement. Le ministre des Transports Pete Buttigieg a récemment dit qu'il regrettait de ne pas s'être exprimé plus tôt après l'accident.