La loi d'état d'urgence sanitaire française n'a pas été promulguée à temps pour le déconfinement de lundi en France, ont annoncé l'Elysée et Matignon. Selon un communiqué commun diffusé dans la nuit, le conseil constitutionnel, saisi par le président français Emmanuel Macron notamment, ne rendra finalement son avis que lundi sur cette loi d'urgence adoptée samedi par le Parlement.

L'entrée en vigueur de deux dispositions phare, la limitation des déplacements à 100 km et l'attestation obligatoire dans les transports en commun, est donc repoussée à lundi soir, sous réserve de d'un aval du conseil. En attendant, il est donc «fait appel au sens de la responsabilité des Français» pour que ces dispositions «soient respectées», explique le communiqué, ajoutant qu'il était «en tout état de cause prévu qu'elles devaient faire l'objet d'une période de tolérance».

Lire aussi: Le Covid-19, un coronavirus français en «gilet jaune»

Le défaut de pouvoir présenter l'attestation d'employeur demandée pour emprunter les transports en commun d'Ile-de-France entre 6h30 et 9h30 et entre 16 heures et 19 heures ne sera verbalisé qu'à partir de mercredi, avait annoncé dimanche la présidente de la région Valérie Pécresse.

Un décret temporaire publié

Pour ce qui est des autres mesures du déconfinement, elles vont entrer en vigueur dès lundi matin puisque, «compte tenu de ces circonstances exceptionnelles», un décret temporaire sera publié au journal officiel de lundi pour les faire appliquer à effet immédiat.

Il s'agit de la fin des limitations des sorties du domicile, obligation du port du masque dans les transports en commun, réouverture des commerces à condition du respect des gestes barrières et de la distanciation et limitation à 10 personnes des rassemblements dans les lieux publics.

Lire également: Aux postes-frontières franco-genevois, on ne passe (presque) plus

Le Parlement avait définitivement adopté samedi soir la loi qui prolonge l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 10 juillet. Députés et sénateurs avaient notamment trouvé un compromis sur la mise en place d'un suivi des malades du coronavirus et des cas contacts, grâce à un fichier en lien avec l'assurance-maladie, dont les données ne seront conservées que trois mois.

Suivre l’expansion du nouveau coronavirus