L’essentiel

Selon l’OMS, le variant Delta est présent dans 124 pays et territoires, soit 13 de plus que la semaine dernière.

Aux Etats-Unis, l’espérance de vie à la naissance est passée de 78,8 ans à 77,3 ans en 2020.

Des membres totalement vaccinés du personnel de la Maison-Blanche ont été testés positifs au Covid-19, dont un dernier cas lundi.

L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) décompte 773 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures.

Retrouvez  notre suivi de la journée de mardi


■ La frontière entre les Etats-Unis et le Mexique fermée partiellement

Le Mexique et les Etats-Unis vont continuer de limiter le passage à leur frontière commune jusqu’au 21 août afin de contenir la propagation du covid-19, a déclaré mercredi le ministère mexicain des affaires étrangères.

«Le gouvernement américain nous a informés de la décision de prolonger la fermeture partielle de la frontière pour un mois supplémentaire», a déclaré le ministère des Affaires étrangères sur Twitter. Les limitations de la circulation par voie terrestre entre les deux pays ont été mises en oeuvre le 21 mars 2020 afin de contenir la propagation du coronavirus.

Depuis lors, les deux pays ont maintenu la frontière longue de plus de 3000 km fermée aux touristes ou les visiteurs occasionnels. Le passage de marchandises, de travailleurs ou d’étudiants, est en revanche autorisé.


■ Aux Etats-Unis, l’espérance de vie chute d’un an et demi en 2020

L’espérance de vie des Américains s’est réduite d’un an et demi en 2020, la plus forte chute depuis la Deuxième guerre mondiale, selon la principale agence fédérale de santé publique qui en attribue grandement la cause à la pandémie de Covid-19.

Cette tendance inquiétante est nettement accentuée pour les minorités ethniques noires et hispaniques, selon les statistiques publiées mercredi par les Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC). L’espérance de vie des Américains à la naissance est passée de 78,8 ans en 2019 à 77,3 ans en 2020. Cette durée est la plus courte depuis 2003. Le plus fort déclin concerne les hommes d’origine hispanique, qui perdent 3,7 années d’espérance de vie à la naissance, une situation qui s’explique à 90% par les ravages du Covid-19.

Un autre facteur important est la hausse des décès par surdose médicamenteuse, une crise qui existait avant l’apparition du coronavirus, mais qui s’est aggravée: plus de 93 000 personnes sont mortes par overdose aux Etats-Unis en 2020, un niveau jamais atteint.


Le variant Delta va dominer

L’Organisation mondiale de la Santé, l’OMS, prévoit que le variant Delta soit prédominant dans les prochains mois. Ce variant, qui a d’abord été détecté en Inde, est désormais présent dans 124 pays et territoires, soit 13 de plus que la semaine dernière, contre 180 (six de plus) pour l’Alpha, mis au jour au Royaume-Uni, 130 (sept de plus) pour le Beta, identifié pour la première fois en Afrique du Sud, et 78 (trois de plus) pour le Gamma, apparu au Brésil, souligne l’OMS ce mercredi.

«On s’attend à ce qu’il (le variant Delta) supplante rapidement les autres variants et devienne la lignée dominante (du Covid) en circulation ces prochains mois», a poursuivi cette agence de l’ONU dont le siège est à Genève.

Parmi les pays où le variant Delta est dès maintenant la cause de plus de 75% des nouveaux cas de cette maladie, on trouve l’Inde, la Chine, la Russie, l’Indonésie, l’Australie, le Bangladesh, le Royaume-Uni, l’Afrique du Sud, l’Australie, le Portugal et Israël.


■ Le tandem Pfizer/BioNTech va mettre son vaccin en bouteilles en Afrique du Sud

Les laboratoires pharmaceutiques Pfizer et BioNTech annoncent que le groupe Biovac allait réaliser dès début 2022 une étape de production de leur vaccin contre le Covid-19 en Afrique du Sud, une première sur le continent.

Les sociétés ont «signé une lettre d’intention» avec Biovac qui permettra de fournir jusqu’à 100 millions de doses par an aux pays africains. Le transfert des technologies et l’installation des machines nécessaires à la mise en flacons, la dernière étape de la fabrication, va démarrer «immédiatement».

Le sérum sera acheminé depuis des usines européennes des deux laboratoires, qui gardent donc la main sur la fabrication de l’ARN messager, l’étape la plus délicate et cruciale. Il sera ensuite mis en flacons et distribué «exclusivement au sein des 55 pays membres de l’Union Africaine», précisent l’allemand BioNTech et l’américain Pfizer.


■ La Suisse compte 773 nouveaux en 24 heures

La Suisse compte mercredi 773 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). Aucun décès de plus n’a été enregistré et 15 malades ont été hospitalisés.

Mercredi dernier, l’OFSP annonçait 527 cas, aucun décès et neuf hospitalisations. Avec une part de 77,6% de toutes les nouvelles infections, le variant Delta a représenté la mutation dominante en moyenne sur sept jours. Durant les dernières 24 heures les résultats de 19’698 tests ont été transmis, indique l’OFSP. Le taux de positivité s’élève à 3,92%.

Sur les quatorze derniers jours:

  • Le nombre total d’infections est de 6555, soit 75,83 nouvelles infections pour 100 000 habitants.
  • Le taux de reproduction, qui a un délai d’une dizaine de jours, est lui de 1,44.
  • Les patients Covid-19 occupent 3,70% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d’occupation est de 68,20%.

S’agissant de la vaccination:

  • 8 593 483 doses ont été administrées et 44,80% des personnes ont déjà reçu deux doses.
  • La Suisse a reçu jusqu’à présent 9 447 900 doses de vaccins.
  • Des certificats ont déjà été émis pour 4 611 694 personnes vaccinées.

■ Les restaurateurs français ne veulent pas licencier leurs salariés non-vaccinés

Si les patrons des cafés, hôtels, bars, restaurants, «ne sont pas opposés au pass sanitaire afin d’éviter la fermeture de leurs établissements», ce n’est cependant «pas à n’importe quelles conditions», affirment dans un communiqué commun les quatre organisations patronales du secteur. Ces derniers «refusent de supporter le coût du licenciement des salariés qui ne seront pas en possession d’un pass sanitaire valide», annoncent-ils ce mercredi, jugeant «inacceptable» cette disposition du projet de loi en cours d’examen au Parlement.

Celle-ci prévoit d’imposer aux professionnels de «s’assurer que leurs salariés sont en possession d’un pass sanitaire valide […] A défaut de présenter un tel justificatif», ces salariés «ne sont pas autorisés à travailler et […] peuvent, si la situation se prolonge plus de deux mois, faire l’objet d’un licenciement.»

Pour ce secteur fragilisé par des mois de fermeture et confronté à une «très forte pénurie de main d’oeuvre», il est «inacceptable» d’être contraint à «verser des indemnités de licenciement.» Didier Chenet, président du Groupement national des indépendants estime que l’Etat devrait prendre à sa charge ces frais ou permettre aux salariés concernés de continuer de travailler en portant un masque et en respectant les gestes barrière

La ministre du Travail, Elisabeth Borne, a précisé ce mardi qu’il s’agira d’un «licenciement pour motif personnel» accompagné «d’indemnités de licenciement pour le salarié […] Finalement, c’est une cause réelle et sérieuse de ne pas pouvoir faire son travail, puisqu’on ne peut pas rester sur son lieu de travail.»


■ Un modèle de test antigénique suspendu pour son manque de fiabilité

La commercialisation, la distribution et l’utilisation d’un modèle de test antigénique de la société chinoise Hangzhou Realy Tech a été suspendue ce mercredi par l’Agence française de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) en raison de problèmes de fiabilité. Cette suspension sera maintenue «jusqu’à leur mise en conformité» par le fabricant.

L’ANSM explique avoir «reçu plusieurs signalements faisant état d’une proportion inattendue de résultats faux positifs liés à l’utilisation du «Test rapide Novel Coronavirus (SARS-CoV-2) Antigen Rapid Test Cassette Swab» mis sur le marché et de cas de défaut rendant impossible la lecture du test.


■ En France, pas de passe sanitaire dans les établissements scolaires

Le premier ministre français Jean Castex a assuré qu’il n’y aura «pas de passe sanitaire dans les établissements scolaires», à l’issue d’un Conseil de défense sanitaire à l’Elysée. «Toute notre stratégie depuis le début de la crise […] a consisté à ce que les enfants de France soient le plus possible scolarisés. […] Alors on va pas dire maintenant, si vous n’êtes pas vaccinés, d’autant que certains n’y peuvent rien, on va vous priver d’école. Donc pas de passe sanitaire dans les établissements scolaires», a déclaré Jean Castex au journal de 13h sur TF1.

Les responsables d’établissements recevant du public, dont cinémas et musées depuis mercredi puis cafés et restaurants à partir d’août, devront contrôler les passes sanitaires mais ne seront pas tenus responsables en cas de fraude, a expliqué le premier ministre, ajoutant qu'«une semaine de pédagogie» serait accordée.

Les gérants seront «responsables du contrôle» du passe sanitaire, mais pas de la «vérification de l’identité» de la personne qui le présente, qui sera du ressort des forces de l’ordre, a précisé Jean Castex. Après une semaine de «pédagogie» pour les établissements concernés, viendra «le temps des sanctions», a-t-il ajouté.

Sur ce sujet: Sur le «passe sanitaire», Emmanuel Macron impose un débat législatif TGV


■ Les recours contre les mesures cantonales contre le Covid rejetées

La base légale est suffisante pour autoriser les cantons à prendre des mesures afin d’endiguer la pandémie de coronavirus, a décidé le Tribunal fédéral dans trois recours issues des cantons de Fribourg et de Schwyz.

Les mesures décidées concernant les manifestations et l’obligation du port du masque étaient proportionnées. Le Tribunal fédéral (TF) est entré en matière sur les trois recours malgré le fait que les mesures ont été levées ou modifiées depuis. Selon lui, les mêmes questions ou des questions similaires pourraient se poser à l’avenir. De plus, une réponse dans les temps n’était presque pas possible.


■ Les Gunners contraints d’annuler leur voyage aux Etats-Unis

Le club anglais d’Arsenal, touché par «un petit nombre» de cas positifs au Covid-19 dans sa délégation, a annoncé qu’il renonçait à se rendre aux Etats-Unis où il devait participer à la Florida Cup.

Les Gunners n’ont pas précisé si des joueurs étaient concernés. Arsenal devait rencontrer l’Inter Milan, champion d’Italie, ce week-end en ouverture de la Florida Cup, compétition amicale à laquelle doivent également participer Everton et l’équipe colombienne de Millonarios.


■ Un premier lot de vaccins russes Spoutnik V produit au Vietnam

La Russie a annoncé mercredi avoir produit au Vietnam un premier lot de son vaccin Spoutnik V, dans l’optique de faciliter l’accès à l’immunisation dans ce pays qui lutte pour contenir une vague de Covid-19.

Ce premier lot qui fait office de test a été produit en partenariat avec l’entreprise pharmaceutique publique vietnamienne Vabiotech, a annoncé dans un communiqué le Fonds russe des investissements directs (RDIF), qui a financé la conception du Spoutnik V.


■ Le nombre de victimes indiennes probablement sous-estimé

Le total de morts dues au Covid-19 en Inde pourrait être de dix fois supérieur aux chiffres officiels. Ce sont les conclusions d’un rapport rédigé par un ancien conseiller économique du gouvernement indien et deux chercheurs du Center for Global Development et de l’Université Harvard, et publié dans le quotidien de New Delhi The Indian Express.

La plupart des experts estiment que le chiffre de 414 000 morts avancé par le gouvernement indien est largement sous-estimé – mais les autorités ont rejeté ces réserves, les jugeant exagérées et trompeuses. Or le rapport paru mardi évalue la surmortalité entre 3 et 4,7 millions entre janvier 2020 et juin 2021.

Trois méthodes de calcul sont utilisées dans le rapport: des données d’état civil qui recensent les naissances et décès dans sept Etats, des tests sanguins montrant la prévalence du virus en Inde par comparaison au taux de mortalité mondial et un sondage économique réalisé auprès de 900 000 personnes trois fois par année. Les auteurs ont compilé ces données pour comparer le nombre de décès globaux durant le covid (quelles qu’en soient les causes) avec celui des autres années.


■ Face au CIO, le patron de l’OMS appelle à gagner «la course contre le virus»

Dressant un parallèle avec les JO de Tokyo qui s’ouvrent vendredi, le patron de l’OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus a appelé mercredi gouvernements, entreprises et populations du monde entier à s’unir dans leur «course» contre le Covid-19.

«Nous ne sommes pas dans une course les uns contre les autres, nous sommes dans une course contre le virus», a déclaré le directeur général de l’agence onusienne face aux membres du Comité international olympique (CIO) réunis dans la capitale japonaise pour leur 138e session. «La pandémie prendra fin lorsque le monde choisira d’y mettre fin. Tout ceci est entre nos mains», a-t-il lancé, appelant à accélérer l’administration de vaccins et surtout à partager plus équitablement les doses entre pays.


■ Plus d’un million d’enfants rendus orphelins par la pandémie

Plus d’un million d’enfants ont perdu au moins un de leurs parents ou le grand-parent qui prenait soin d’eux. Si le nombre de décès lié au covid chez les moins de 18 ans reste très faible, selon les observations menées jusqu’à présent, cette classe d’âge n’est pas épargnée par la pandémie, alerte une équipe de chercheurs dans une étude parue ce mardi dans The Lancet.

Lire l’article complet: Plus d’un million d’enfants rendus orphelins par la pandémie