L’essentiel

Tanja Stadler, cheffe de la task force scientifique de la Confédération, estime qu’un vaccin pour les moins de 12 ans devrait être disponible prochainement. Le fabricant Pfizer/Biontech a présenté des données préliminaires.

Les habitants de Sydney sortent ce lundi de près de quatre mois d’un confinement strict.

L’Organisation mondiale de la santé, estime qu’entre 10 et 20% des personnes développent des symptômes durables après une infection par le coronavirus.

Les cas de troubles dépressifs majeurs et troubles anxieux ont augmenté de plus de 25% en 2020 dans le monde en raison de la pandémie, selon une étude.

Retrouvez  notre suivi de la journée de dimanche


■ La Vigne des Nations attribuée à l’Alliance du vaccin

Le parchet de la Vigne des Nations a été remis symboliquement lundi au GAVI, l’Alliance du vaccin, par Serge Dal Busco, président du Conseil d’Etat genevois. Cette reconnaissance vise à honorer l’engagement de cette organisation pour garantir un accès juste et équitable aux vaccins dans tous les pays du monde.

Lire aussi: La difficile distribution équitable des vaccins

Dès le début de la pandémie, le GAVI a développé et codirigé Covax en collaboration avec divers partenaires, les fabricants de vaccins des pays développés et des pays en développement ainsi que la banque mondiale. «Cette remise du millésime 2020 est une belle occasion de reconnaître le rôle-clé du GAVI dans le pôle santé de la Genève internationale», a rappelé Serge Dal Busco lors de la cérémonie.


■ L’OMS recommande une troisième dose de vaccin pour les personnes immunodéprimées

Un comité d’experts de l’OMS a recommandé lundi de donner une dose supplémentaire de vaccin anti-Covid aux personnes «modérément ou sévèrement immunodéprimées», pour tous les vaccins homologués par l’agence onusienne. Ils ont pris soin d’expliquer qu’il ne s’agissait pas ici de recommander une troisième dose pour la population générale, pour laquelle l’organisation continue de recommander un moratoire jusqu’à la fin de l’année, pour libérer des doses et les donner aux pays où le taux de vaccination reste beaucoup trop faible.

«Cette troisième dose devrait être séparée de la seconde d’un à trois mois», a expliqué la docteure Kate O’Brien, directrice du département Vaccination à l’OMS. Le même comité a indiqué qu’une troisième dose, était nécessaire pour les patients âgés des plus de 60 ans qui ont été immunisés avec les vaccins anti-Covid des sociétés chinoises Sinovac et Sinopharm. La troisième dose peut-être un autre vaccin d’un autre type.


■ Nez Rouge ne roulera pas à Neuchâtel pendant les fêtes

Nez Rouge Neuchâtel ne prendra pas le volant durant les fêtes de fin d’année. Le comité directeur a pris à l’unanimité la décision d’annuler l’opération pour la 2e année consécutive, pour ne pas avoir à exiger un certificat covid de tous ses bénévoles. Des discussions sont toutefois en cours pour éventuellement proposer des services de raccompagnement aux entreprises pour leur souper de fin d’année.


■ Le prix Erna Hamburger à la vaccinologue Sarah Gilbert

Sarah Gilbert, professeure de vaccinologie à l’Institut Jenner de l’Université d’Oxford, est la lauréate du Prix Erna Hamburger 2021 décerné par l’EPFL. Avec son laboratoire, elle a participé à la mise au point du vaccin AstraZeneca. Depuis le début de l’année, les honneurs et les récompenses pleuvent sur cette chercheuse aussi brillante que discrète. Elle est devenue Dame commandeur de l’Empire britannique et il existe même une Barbie à son effigie.

Lire à ce sujet: Une Barbie à l’effigie de la co-créatrice du vaccin d’AstraZeneca

Le prix Erna Hamburger lui sera remis le 18 octobre prochain. Cette distinction est décernée chaque année par la fondation EPFL-WISH (Women in Science and Humanities Foundation). Il couronne une carrière féminine exemplaire dans les sciences, en hommage à Erna Hamburger, première femme nommée professeure ordinaire à l’EPFL.


■ 60,5% de la population est entièrement vaccinée

Du 4 octobre au 10 octobre, 167 813 doses de vaccin contre le Covid-19 ont été administrées en Suisse. Au total, 60,5% de la population est donc entièrement vaccinée, selon les données publiées lundi sur le site de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP).

Depuis le début de la campagne de vaccination, 10 711 332 doses de vaccin ont été administrées. Et 5 230 500 personnes ont reçu deux doses de sérum et 250’332 jusqu’à présent une seule piqûre. En moyenne, 23 973 vaccinations ont été effectuées par jour. Comparé à la semaine précédente, le rythme des injections s’est accéléré de 1%.

 


■ La Suisse compte 2262 nouveaux cas en trois jours

Les principales informations du dernier bulletin de l’Office fédéral de la santé (OFSP):

  • La Suisse compte lundi 2262 cas supplémentaires de coronavirus en 72 heures;
  • On déplore huit décès supplémentaires;
  • 38 malades ont été hospitalisés;
  • Durant les dernières 72 heures, les résultats de 99’573 tests ont été transmis. Le taux de positivité s’élève à 2,27%.
  • Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d’infections est de 13 771, soit 159,3 nouvelles infections pour 100 000 habitants.
  • Le taux de reproduction, qui a un délai d’une dizaine de jours, est lui de 0,89.
  • Les patients Covid-19 occupent 16,70% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d’occupation est de 72,60%.

■ Le Kremlin s’alarme de la mortalité mais exclut de nouvelles mesures

Le gouvernement russe a jugé «inadmissible» le faible taux de vaccination en Russie, à l’origine d’une mortalité «élevée», mais il a exclu d’introduire des restrictions sanitaires afin de préserver l’économie.

La Russie, pays le plus durement touché en Europe, est confrontée à une accélération de l’épidémie, avec près de 1000 morts et 30 000 nouvelles contaminations enregistrées en 24 heures lundi. Outre le faible respect des gestes barrières, la propagation du virus est facilitée par le taux de vaccination bas – un peu plus de 30% des Russes sont complètement vaccinés, selon site spécialisé Gogov –, sur fond de défiance de la population.


■ Merck dépose aux USA une demande d’autorisation de sa pilule

Le laboratoire américain Merck a annoncé lundi avoir déposé une demande d’autorisation en urgence auprès de l’Agence américaine du médicament, la FDA, pour sa pilule qui, selon un essai clinique, réduit par deux les risques d’hospitalisation et de décès des patients atteints du Covid-19.

Lire à ce propos: Molnupiravir, la pilule qui pourrait valoir des milliards

S’il est approuvé, ce médicament appelé molnupiravir représenterait une avancée majeure dans la lutte contre la pandémie en permettant de diminuer assez facilement les formes graves de la maladie. «Les conséquences extrêmes de cette pandémie exigent que nous agissions avec une urgence sans précédent, et c’est ce que nos équipes ont fait en soumettant cette demande (d’autorisation) du molnupiravir à la FDA», a souligné Robert Davis, patron de l’entreprise, cité dans le communiqué.


■ Le canton de Berne préoccupé par l’efficacité des tests antigéniques rapides

La fiabilité des tests antigéniques rapides suscite l’inquiétude parmi la direction bernoise de la santé, indique le Bund. Ces tests ne répondraient pas aux normes pour obtenir un certificat covid, selon les propos du porte-parole du service cantonal de la santé, rapportés par le journal alémanique.

Le service de santé zurichois soutiendrait également le dossier, selon SRF. L’Office fédéral de la santé publique affirme toutefois que les tests antigéniques rapides sont fiables si le test est effectué dans les quatre jours suivant l’apparition des symptômes.


■ En Nouvelle-Zélande, les soignants non vaccinés ne pourront plus exercer

Le pays a annoncé lundi que la plupart des soignants ne pourront plus exercer leur activité sans recevoir le vaccin contre le Covid-19. Il en va de même pour les enseignants.

Les médecins, infirmiers et autres soignants directement en contact avec les patients devront être vaccinés avant le 1er décembre. Le personnel de l’éducation en contact avec les élèves doit avoir reçu deux doses avant le 1er janvier.


■ Sydney sort de près de quatre mois de confinement

Les habitants de Sydney sont sortis lundi de près de quatre mois d’un confinement strict, décrété dans la plus grande ville d’Australie pour faire barrage à l’épidémie. Les restrictions ont duré au total 106 jours.

Elles ont pu être levées suite à la baisse des nouvelles contaminations – 496 cas enregistrés lundi en Nouvelle-Galles du Sud – et grâce à l’avancée de la vaccination, plus de 70% de la population âgée de plus de 16 ans ayant reçu les deux doses du vaccin.


■ Des résultats positifs pour un médicament d’Astrazeneca

Un cocktail d’anticorps d’Astrazeneca a donné des résultats jugés positifs par le laboratoire pharmaceutique en essais cliniques de phase 3. L’essai portant sur le médicament AZD7442, une combinaison d’anticorps, «a engendré une réduction statistiquement satisfaisante des «cas de Covid-19 graves ou des décès dus à la maladie comparé à un placébo chez les patients non hospitalisés avec des symptômes légers à modérés» du Covid-19, détaille le communiqué d’Astrazeneca.

L’essai clinique a porté sur 903 participants, dont 90% faisaient partie de catégories de patients jugés à haut risque de développer des formes sévères. Astrazeneca a déposé une demande d’autorisation auprès de l’autorité américaine du médicament (FDA). Le groupe suédo-britannique avait annoncé en mars un accord avec les États-Unis pour fournir au pays cette année jusqu’à 700 000 doses de ce traitement pour un montant total portant sur 726 millions de dollars.


■ Bientôt un vaccin pour les moins de 12 ans

Le vaccin contre le Covid-19 pour les moins de 12 ans devrait bientôt être commercialisé, estime la cheffe de la task force scientifique de la Confédération. Le fabricant Pfizer/Biontech a présenté des données préliminaires pour les enfants de 5 à 11 ans.

Les données devraient bientôt être soumises aux autorités sanitaires pour approbation, explique Tanja Stadler dans un entretien diffusé lundi par le journal alémanique Blick. Si le virus est moins dangereux pour les enfants que pour les personnes âgées, il existe aussi des formes graves de la maladie chez les enfants et le covid long, ajoute-t-elle.

«Les enfants et leurs parents doivent avoir le choix de se faire vacciner ou non», déclare cette mère de deux enfants, qui les fera vacciner dès qu’il y aura une autorisation et une recommandation de l’autorité de surveillance Swissmedic.


■ Les vaccins sont efficaces à 90% contre les formes graves selon une étude française

La vaccination contre le Covid-19 réduit de 90% le risque d’hospitalisation et de décès chez les plus de 50 ans et semble aussi efficace face au variant Delta, sur lequel on manque toutefois encore de recul, selon une vaste étude française en vie réelle publiée lundi.

«Cela signifie que les personnes vaccinées ont 9 fois moins de risque d’être hospitalisées ou de décéder de la Covid-19 que les personnes non vaccinées», explique à l’AFP l’épidémiologiste Mahmoud Zureik, directeur de la structure Epi-Phare, qui associe l’Assurance maladie (Cnam) et l’Agence du médicament (ANSM).

Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs d’Epi-Phare ont comparé les données de 11 millions de personnes vaccinées de plus de 50 ans avec celles de 11 millions de personnes non-vaccinées dans la même tranche d’âge, sur une période allant du 27 décembre 2020 (début de la vaccination en France) au 20 juillet dernier. A partir du 14e jour après l’injection de la seconde dose, les chercheurs ont observé «une réduction du risque d’hospitalisation supérieure à 90%».