Le bilan de l'épidémie à coronavirus a dépassé mercredi les 2000 morts. Le nombre de contaminations en Chine continentale a atteint mercredi 74 185, soit 1 749 de plus que la veille, la plus faible hausse en un mois. Ailleurs dans le monde, environ 900 personnes contaminées ont été recensées dans une trentaine de pays.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) se veut rassurante: hors de la province centrale du Hubei, épicentre de l'épidémie, la maladie «touche une très petite proportion de la population», avec un taux de mortalité d'environ 2%.

Lire aussi: Le Coronavirus perturbe la chaîne d’approvisionnement mondiale

Citant une étude du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies portant sur plus de 72 000 personnes, le directeur de l'OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus a souligné lundi que plus de 80% des patients souffraient d'une forme bénigne de la maladie. Toujours selon cette enquête, jusqu'à 39 ans, le taux de mortalité du Covid-19 reste très bas, à 0,2%, puis s'élève progressivement avec l'âge.

«Les mesures doivent être proportionnées à la situation, prises sur la base de preuves et d'éléments de santé publique», a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus, soulignant que «le risque zéro n'existe pas».

L'épidémie ralentit en dehors de Wuhan

Depuis quelques semaines, la Chine place de facto en quarantaine la quasi-totalité du Hubei. En dehors de la province, seuls 56 nouveaux cas ont ainsi été recensés mercredi sur les dernières 24 heures. Le 4 février, ils étaient encore 890.

Au total, le bilan en Chine continentale atteint désormais 2004 morts. Parmi eux, un directeur d'hôpital mort mardi à Wuhan, berceau du coronavirus. Ailleurs dans le monde, cinq décès ont été enregistrés jusqu'à présent (aux Philippines, à Hongkong, au Japon, à Taïwan et en France) mais l'épidémie suscite toujours de nombreuses craintes.

Lire encore: En Chine, les moyens de l’Etat policier pour lutter contre le coronavirus

Un sommet Chine-Union européenne prévu fin mars à Pékin a d'ailleurs été abandonné, selon des sources européennes. Lors d'une conversation téléphonique avec le premier ministre britannique Boris Johnson, le président chinois Xi Jinping a pourtant évoqué des «progrès visibles» dans la lutte contre l'épidémie.

500 passagers du Diamond Princess évacués mercredi

Le principal foyer de contamination hors de Chine reste le paquebot de croisière Diamond Princess, placé en quarantaine début février près de Tokyo avec plus de 3700 passagers à bord. La contagion s'étend désormais à 542 personnes, selon le dernier bilan annoncé mardi par le Japon - soit 88 cas de plus que la veille.

En théorie, la période de quarantaine débutée le 5 février s'achève mercredi. Mais sans attendre, les Etats-Unis ont déjà rapatrié leurs ressortissants pour les placer en quarantaine dans leur pays.

Sur le même thème:  Le Diamond Princess, bouillon de culture de coronavirus

Des passagers ont commencé à quitter le navire mercredi, a constaté une journaliste de l'Agence France-presse (AFP). Quelque 500 passagers ne présentant pas de symptômes, dont les tests se sont révélés négatifs et qui n'ont pas eu de contact avec des personnes porteuses du virus, devaient débarquer pendant la journée, selon le ministère japonais de la Santé.