Union européenne

Londres refuse de nommer un commissaire européen avant les élections britanniques

Le gouvernement britannique a indiqué qu'il ne comptait pas nommer un commissaire européen avant les élections britanniques. La Commission présidée par Ursula von der Leyen doit prendre ses fonctions le 1er décembre

Le gouvernement britannique a écrit à la présidente de la prochaine Commission européenne Ursula von der Leyen pour lui annoncer qu'il ne nommerait pas de membre britannique pour son équipe avant les élections du 12 décembre au Royaume-Uni, a-t-on appris de sources européenne et britannique.

Un porte-parole de la prochaine présidente de la Commission a expliqué jeudi à l'AFP qu'Ursula von der Leyen avait reçu cette lettre dans la nuit de mercredi à jeudi. Selon des sources européennes, elle a obtenu un avis juridique selon lequel l'absence de commissaire britannique n'empêchera pas sa nouvelle équipe de prendre ses fonctions.

Le Royaume-Uni a prévu de quitter l'UE le 31 janvier 2020

Un responsable britannique a confirmé jeudi l'envoi de ce courrier, déclarant: «Nous avons écrit à l'UE pour confirmer qu'un avis sur la conduite à tenir avant les élections stipule que le Royaume-Uni ne devrait normalement pas procéder à des nominations pour des postes internationaux durant cette période».

La Commission présidée par Ursula von der Leyen sera composée, outre de la responsable allemande, de représentants des 26 autres Etats membres. Elle doit prendre ses fonctions le 1er décembre. Le Royaume-Uni, 28e Etat membre, a prévu de quitter l'UE le 31 janvier 2020 et le premier ministre Boris Johnson fait campagne pour le Brexit.

Notre dossier: L'infini feuilleton du Brexit

Bruxelles avait renouvelé mardi sa demande à Londres de nommer un candidat britannique pour un poste de commissaire dans la nouvelle équipe d'Ursula von der Leyen. La Commission européenne d'Ursula von der Leyen devait initialement prendre ses fonctions le 1er novembre. Mais cette date a été reportée d'un mois, car trois candidats pour la nouvelle équipe (nommés par la France, la Roumanie et la Hongrie) ont été rejetés par le Parlement européen. Trois nouveaux noms ont été proposés à l'approbation du Parlement européen.

 

Publicité