Le centre culturel de la paroisse catholique d’Hermsdorf, au nord de Berlin, est plein en ce mardi soir. Une soixantaine de personnes sont venues écouter Matthias Katsch, 56 ans, cofondateur de l’association de victimes d’abus sexuels au sein de l’Eglise catholique allemande (Eckiger Tisch). Ce Berlinois reconnaît participer pour la première fois à une rencontre dans une paroisse, dix ans jour pour jour après la révélation de ces scandales au grand public.

Lire aussi: La lutte contre la pédophilie au programme du Vatican