Syrie

L’ONU craint une attaque imminente contre Yabroud

Alors que les négociations de paix sont moribondes à Genève, la ville de Yabroud, dans la région montagneuse du Qalamoun, est la cible des bombardements de l’armée syrienne. Le Haut-Commissariat aux droits de l’homme redoute une «attaque terrestre imminente»

Yabroud est la dernière ville contrôlée par les rebelles le long de la frontière libanaise, après la chute de Qousseir en juin 2013.

«Selon les informations que nous recevons de Syrie, il y a eu de nombreux bombardements aériens accompagnés d’un renforcement militaire autour de la ville», a déclaré vendredi Rupert Colville, porte-parole du Haut-Commissariat aux droits de l’homme.

«L’électricité a été totalement coupée mercredi et les hôpitaux manquent de médicaments et de matériel médical.» Il resterait près de 50 000 habitants dans la ville. Selon le droit humanitaire, les civils doivent être prévenus avant une attaque pour avoir la possibilité de partir. Selon le Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR), des centaines de familles sont parvenues ces derniers jours dans la localité d’Arsaal au Liban, de l’autre côté de la frontière.

«Nous redoutons que l’assaut contre Yabroud suive le même modèle que les attaques menées par le gouvernement contre d’autres villes en Syrie. Les bombardements aériens disproportionnés et indiscriminés en violation du droit international y ont provoqué de lourdes pertes civiles», conclut Rupert Colville.

Publicité