Mesurer le succès d’une conférence face à la catastrophe humanitaire afghane est un acte compliqué. Lundi, lors de la conférence ministérielle sur l’Afghanistan au Palais des Nations à Genève, le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a dressé un constat alarmant: «Les Afghans traversent l’une des pires crises humanitaires dans le monde». Le pays est sur le point de s’effondrer, a-t-il prévenu, ajoutant que «l’aide humanitaire ne va pas résoudre le problème si l’économie afghane s’écroule». Il a exhorté les Etats à lever des fonds à hauteur de 606 millions de dollars pour aider dans l’urgence, durant les quatre prochains mois, onze millions d’Afghans dont la vie est en jeu.

Lire aussi: Amin Tarzi: «La société civile afghane ne pourra être détruite d’un jour à l’autre»