La Bosnie-Herzégovine a vu défiler plusieurs forces internationales depuis le début des années 90 lorsque la guerre s'embrase en ex-Yougoslavie. En 1992, c'est d'abord la Forpronu qui déploie ses casques bleus dont les mandats s'étendent peu à peu de l'aéroport de Sarajevo aux enclaves musulmanes, déclarées «zones de sécurité». La prise en otage de casques bleus va déterminer, en 1995, l'engagement de l'OTAN, qui lance ses premiers bombardements au printemps avant de mener une opération militaire aérienne déterminante à la fin de l'été. Dès la conclusion des accords de Dayton, à la fin de la même année, l'OTAN envoie l'IFOR, force dite d'application, qui relèvera l'ONU sur le terrain. En 1996, l'IFOR cède la place à la SFOR qui, toujours sous l'égide de l'OTAN, doit stabiliser un pays toujours divisé en trois entités. L'OTAN, dont les Américains forment le gros du contingent, va rester neuf ans en Bosnie. L'Eufor la remplace aujourd'hui.