Les enquêteurs de l’ONU sur la Syrie, en place depuis septembre 2011, se sont déclarés vendredi prêts à passer à la vitesse supérieure pour obliger les auteurs de crimes de guerre à cesser leurs exactions.

Dans leur neuvième rapport, publié quelques jours avant la session de mars du Conseil des droits de l’homme à Genève, les enquêteurs se sont déclarés prêts à rendre publique une liste confidentielle d’auteurs de crimes de guerre qu’ils ont dressée depuis trois ans. Selon eux, s’ils ne le faisaient pas, cela ne «ferait que renforcer l’impunité» de leurs auteurs.

Depuis qu’ils ont commencé à dresser cette liste et à la compléter, rapport après rapport, les enquêteurs de l’ONU avaient toujours indiqué qu’ils voulaient la garder confidentielle. Le président de la commission d’enquête, le Brésilien Paulo Pinheiro, était vendredi à New York, pour présenter son rapport au Conseil de Sécurité de l’ONU.

Interrogé par la presse, Paulo Pinheiro a déclaré qu’il s’attendait à ce que le Conseil des droits de l’homme prenne une décision sur la publication des noms, lors d’une réunion prévue le 17 mars.

Les enquêteurs ont indiqué qu’il y avait des «dizaines» de noms de suspects de crimes de guerre dans quatre listes gardées dans un coffre-fort de Genève. Une cinquième liste doit être présentée au Conseil des droits de l’homme le mois prochain.

Le président syrien en tête de liste?

La liste comprend des noms de commandants d’unités et de leaders de groupes armés, qui ont été identifiés comme étant responsables de crimes de guerre. Les enquêteurs ont cependant refusé de dire si le président Bachar el-Assad ou ses proches figurent sur les listes.

«Notre mandat ce n’est pas seulement demander ce qu’il est possible de faire» pour mettre fin à ces crimes, mais «nous devons aussi demander ce qui est juste pour les victimes et le peuple de Syrie», a déclaré Paulo Pinheiro.

«Nous essayons de convaincre et de mobiliser la communauté internationale pour qu’elle examine toutes les options sur la table et qu’elle n’ignore pas la situation horrible et abominable de toutes les victimes de cette guerre», a-t-il ajouté.