L'ONU a affirmé lundi être en quête de quatre milliards de dollars pour fournir en 2019 de l'aide humanitaire à quelque 20 millions de Yéménites. Environ 70% de la population de ce pays dévasté par la guerre survit grâce à l'aide internationale.

Chaque année, l'ONU a besoin d'un milliard de plus, a déploré devant des médias le secrétaire général adjoint de l'ONU pour les affaires humanitaires, Mark Lowcock. En 2017, c'étaient deux milliards, en 2018, c'étaient trois milliards, a-t-il précisé. A l'initiative de la Suède, de la Suisse et de l'ONU, une conférence de donateurs est programmée le 26 février à Genève, a ajouté le responsable de l'ONU.

Lire aussi: L'ONU reprend espoir sur un règlement de la guerre au Yémen

«Nous n'avons pas de cessation des hostilités» sur le terrain, même si elles semblent avoir diminué, a aussi regretté Mark Lowcock qui s'est rendu récemment dans le pays. Il espère que les négociations de paix actuellement menées en Suède entre les belligérants sous l'égide de l'ONU aboutissent.

Redresser l'économie du Yémen

Le responsable a une nouvelle fois dénoncé les entraves à l'acheminement de l'aide humanitaire. Il a relevé qu'au-delà de cette aide, le Yémen avait besoin d'une assistance pour redresser son économie en chute libre. Objet d'intenses discussions en Suède, «le port d'Hodeida est crucial» pour l'aide humanitaire, a insisté Mark Lowcock.

Lire aussi: En Suède, des pourparlers de paix sur le Yémen

Toutes les tentatives pour mettre fin à la guerre qui dure depuis quatre ans ont jusqu'ici échoué, alors que la situation humanitaire au Yémen, la pire du monde selon l'ONU, se dégrade de jour en jour.