humanitaire 

L’ONU veut consacrer 21,9 milliards de dollars à l’aide humanitaire en 2019

Afin de venir en aide à 93,6 millions de personnes, l’ONU a demandé, ce mardi, plus de 20 milliards de dollars. Un montant auquel doit encore s’ajouter une enveloppe pour la Syrie

L’ONU va chercher à aider 93,6 millions des 132 millions de personnes qui auront besoin d’assistance dans le monde en 2019. Un chiffre en augmentation par rapport à il y a un an. Le Yémen et la Syrie devraient rester les deux crises qui vont le plus l’occuper.

Contrairement aux années précédentes, le montant requis n’est pas totalement arrêté dans l’appel lancé mardi à Genève par le chef des affaires humanitaires de l’ONU Mark Lowcock. Il atteint pour le moment 21,9 milliards de dollars (21,8 milliards de francs) auxquels doit encore s’ajouter le chiffre pour la Syrie. L’enveloppe totale devrait s’aligner sur celle actuellement requise, soit 25 milliards.

Premier enseignement, le nombre de personnes qui aura besoin d’assistance est passé de plus de 135 à moins de 132 millions. En revanche, l’ONU veut aider 93,6 millions de personnes, davantage que les 90 millions dans son appel fin 2017. «Le système humanitaire aujourd’hui est plus efficace que jamais», affirme Mark Lowcock. «Nous sommes meilleurs dans l’identification des vulnérabilités et des besoins particuliers des différents groupes et répondons plus rapidement aux catastrophes».

Des millions de personnes au Yémen

Parmi les personnes que l’ONU souhaite assister en 2019, 15 millions se trouvent au Yémen, soit 60% de la population de ce pays dans le besoin et marquée par plus de trois ans de conflit. Environ 11,2 millions des 13 millions de Syriens affectés doivent aussi recevoir de l’aide. S’ajoutent à eux 5,6 millions de personnes qui ont fui vers les pays voisins.

La République démocratique du Congo (RDC) arrive troisième avec 9 millions de personnes ciblées sur les 12,8 millions vulnérables. Là aussi, ce chiffre ne prend pas en compte les 1,2 million de personnes dans les pays voisins et qui seront également assistées.

Lire aussi:  L’ONU reprend espoir sur un règlement de la guerre au Yémen

Cette situation se reflète sur les financements requis. L’ONU n’a pas encore arrêté le montant demandé pour la Syrie mais souhaite 5,6 milliards de dollars seulement pour les Etats voisins qui accueillent des réfugiés. Elle demande 4 milliards pour le Yémen, où des violences se poursuivent notamment à Hodeïda, ou encore 2,9 milliards pour le Soudan du Sud et ses voisins. Et en 2018, l’ONU a pu atteindre des millions de personnes dans plus de 40 pays. De janvier à il y a deux semaines, elle avait reçu 13,9 milliards de dollars, un record.

Publicité