Alexeï Navalny «est reconnu coupable de violation de la loi en vertu de l'article 20.2 (violations répétées des dispositions sur l'organisation de manifestations publiques) et condamné à 30 jours de détention administrative», a indiqué le juge Alexeï Stekliev.

Samedi, l'opposant a été arrêté en bas de son domicile moscovite et conduit à un poste de police, puis à l'hôpital, pour une fracture du doigt infligée lors de son arrestation.

La défense de Navalny

«C'est une procédure étrange avec un seul objectif: m'empêcher de participer aux préparatifs de la vague de protestation nationale contre la hausse de l'âge du départ à la retraite», s'est défendu M. Navalny lors de l'audience.

Son interpellation a eu lieu dans le cadre du dossier ouvert après la manifestation du 28 janvier, durant laquelle l'opposant avait appelé à boycotter l'élection présidentielle du 18 mars. Aucun procès n'avait eu lieu à l'époque.

A ce sujet: Privé des urnes, Navalny affronte Poutine dans la rue

Des manifestations prévues

«En tant que citoyen russe, j'ai bien évidemment le droit d'organiser, de participer et d'appeler à des manifestations. Je le fais et continuerai de le faire», a-t-il ajouté.

Alexeï Navalny a prévu d'organiser des manifestations dans de nombreuses villes russes le 9 septembre contre le très impopulaire projet de réforme du système de retraites.

Le projet de loi, actuellement en lecture au Parlement, prévoit d'augmenter progressivement l'âge de départ à la retraite à 63 ans pour les femmes et 65 ans pour les hommes, contre 55 et 60 actuellement.

Lire aussi: Alexeï Navalny s'attaque à deux alliés de Vladimir Poutine