La décision des autorités de Hongkong est sans précédent: invoquant des motifs sanitaires liés au Covid-19, elles n’autorisent pas la veillée annuelle du 4 juin en mémoire de la tragédie de Tiananmen. L’opposition craint que l’évènement ne soit banni à jamais dans la région semi-autonome. Explications avec Richard Tsoi, secrétaire de l’Alliance de soutien aux mouvements patriotiques démocratiques de Chine, organisatrice des commémorations.

Lire aussi: A Hongkong, l’heure de la dernière bataille dans la rue