Aung San Suu Kyi, symbole de la lutte pour la démocratie en Birmanie, a été libérée samedi après plus de sept ans en résidence surveillée. Elle est sortie de sa maison à Rangoun devant des milliers de partisans en liesse et s’exprimera dimanche à midi devant ces mêmes sympathisants. «La libération de l’icône de la démocratie «aurait dû être faite depuis longtemps», a estimé samedi le Premier ministre britannique David Cameron. La chancelière allemande Angela Merkel, a également salué samedi la libération de l’opposante tout en «appelant à libérer les plus de 2.000 autres prisonniers politiques» dans ce pays. Une satisfaction partagée par le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon et Barack Obama, président des Etats Unis, qui s’est réjoui de la libération de son «héroïne».