«Dmitri Pavlioutchenkov a reçu un ordre d’une personne non identifiée et accepté d’organiser l’assassinat d’Anna Politkovskaïa en échange d’une somme d’argent», a déclaré le porte-parole du comité d’enquête de Russie, Vladimir Markine, cité par l’agence Interfax.

L’ancien lieutenant-colonel de police a crée un groupe criminel dont faisaient partie les trois frères tchétchènes Makhmoudov qui ont participé au crime, a-t-il ajouté.

Roustam Makhmoudov, l’assassin présumé d’Anna Politkovskaïa tuée par balles, a été arrêté en mai en Tchétchénie. Ses frères, Ibraguim et Djabraïl, ont été acquittés au procès en 2009 et sont à nouveau suspects dans la cadre de l’enquête qui a été rouverte.

L’interpellation de l’ancien lieutenant-colonel a été annoncée mardi soir par le rédacteur en chef du journal Novaïa Gazeta, Dmitri Mouratov, pour lequel travaillait Anna Politkovskaïa.

Selon la version du comité d’enquête, chargé des investigations criminelles, «Dmitri Pavlioutchenkov a promis de l’argent aux frères Makhmoudov, acheté et remis le pistolet à Roustam Makhmoudov, fourni l’adresse où vivait Politkovskaïa et la marque de sa voiture», a ajouté Vladimir Markine.

«En l’espace de trois jours, les Makhmoudov ont observé les mouvements quotidiens d’A. Politkovskaïa, et le 7 octobre 2006, Roustam Makhmoudov a commis l’assassinat de la journaliste devant la porte de son immeuble», a poursuivi Vladimir Markine.

Le commanditaire n’a jamais été identifié.

A l’issue du procès en 2009, les complices présumés de l’assassinat avaient été acquittés faute de preuves. Mais le verdict a été annulé par la Cour suprême et l’enquête rouverte avec les mêmes suspects.

Anna Politkovskaïa, reporter au journal d’opposition Novaïa Gazeta, était l’une des rares journalistes russes à dénoncer les atteintes aux droits de l’homme en Tchétchénie et à critiquer ouvertement les abus du régime de Vladimir Poutine, l’ex-président (2000-2008) et actuel Premier ministre russe.