Après vingt-six ans de règne exclusif sur la Biélorussie, le président Alexandre Loukachenko est moins que jamais prêt à descendre de son trône. D’apparence patriarcale mais fin manœuvrier, ce grand moustachu à la voix curieusement haut perchée vocifère à tout vent qu’il est le seul garant de la stabilité et de la souveraineté du pays face à une Russie dominatrice, une Europe en embuscade et surtout contre une marée jamais vue jusqu’ici de mécontents bien décidés à le renvoyer planter des choux le 9 août prochain.

Lire aussi: Tadeusz Giczan: «En Biélorussie, même les cols bleus ont ouvert les yeux»