En détruisant un de ses propres satellites, la Russie a provoqué un tollé international. L’incident a produit, selon plusieurs sources, quelque 1500 débris dans l’espace. Selon le directeur général et cofondateur de ClearSpace, Luc Piguet, cela pose de graves questions quant à la durabilité de l’espace et à son risque de militarisation. Sa société ClearSpace, créée en 2018 à Lausanne, a conclu en 2020 un contrat avec l’Agence spatiale européenne (ESA) pour récupérer Vespa, une structure de 120 kilos de la fusée européenne Vega mise en orbite en 2013. Une mission qui devrait avoisiner les 100 millions de francs. Son outil: ClearSpace-1, un vaisseau qui fait office de «dépanneuse spatiale».