La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et le chef de la diplomatie de l'UE Josep Borrell ont «exhorté» samedi les USA à reconsidérer leur décision annoncée de rompre avec l'OMS. Pour eux, la coopération est nécessaire pour vaincre la pandémie.

«La coopération et la solidarité mondiales par le biais d'efforts multilatéraux sont les seuls moyens efficaces et viables de gagner cette bataille à laquelle le monde est confronté», ont déclaré Ursula von der Leyen et Josep Borrell. Ils faisaient allusion à la pandémie de coronavirus qui a touché la planète entière.

La nouvelle de vendredi soir: Donald Trump rompt définitivement avec l'OMS

Une participation «nécessaire»

«L'OMS doit continuer à être en mesure de diriger la réponse internationale aux pandémies, actuelles et futures. Pour cela, la participation et le soutien de tous sont nécessaires et indispensables», ont-ils ajouté dans un communiqué.

«Face à cette menace mondiale, le moment est venu de renforcer la coopération et de trouver des solutions communes. Il faut éviter les actions qui affaiblissent les résultats au niveau international. Dans ce contexte, nous exhortons les Etats-Unis à reconsidérer leur décision annoncée», ont-ils dit.

A propos de cette crise: Dangereux bras de fer entre l’OMS et Washington

L'UE fournit des fonds supplémentaires

«Alors que le monde continue à lutter contre la pandémie de COVID-19, la principale tâche de chacun est de sauver des vies et de contenir et d'atténuer cette pandémie», ont-ils continué. Et de rappeler: «L'Union européenne continue de soutenir l'OMS à cet égard et a déjà fourni des fonds supplémentaires.»

Donald Trump a annoncé vendredi «mettre fin à la relation» entre son pays et l'OMS, qu'il accuse depuis le début de la pandémie de se montrer trop indulgente avec la Chine, où le coronavirus est apparu en décembre avant de se répandre sur la planète.

Les Etats-Unis, traditionnellement les premiers bailleurs de fonds de l'agence onusienne, vont «rediriger ces fonds vers d'autres besoins de santé publique urgents et mondiaux qui le méritent», a-t-il affirmé à la presse.