L’UE ordonne l’ouverture d’une enquête

Federica Mogherini, la nouvelle cheffe de la diplomatie européenne, a chargé un juriste indépendant d’examiner le fonctionnement de la mission Eulex au Kosovo et de faire la lumière sur les allégations de corruption. «Le Kosovo a toujours été une priorité dans mon agenda et il est de mon devoir, en tant que membre de la nouvelle Commission, d’être complètement transparente et crédible», a dit l’Italienne mardi.

La veille, la Commission des affaires étrangères du Parlement européen s’était saisie de l’affaire d’Eulex et avait auditionné le chef du commandement des opérations civiles de crise, Ken Deane, et le directeur de la division Balkans au Service diplomatique européen, Fernando Gentilini, ancien représentant spécial pour le Kosovo. La séance à huis clos avait duré trois heures. Selon l’agence d’informations B2, spécialisée dans les affaires étrangères de l’Union, aucun résultat probant n’est sorti de la réunion. Les deux hauts responsables s’en sont tenus à la version dite publiquement: «Une enquête est en cours depuis un an, dans lesquels des juges du Kosovo sont impliqués.»

Personnalité extérieure

«Il est urgent de faire la lumière sur les allégations de corruption ainsi que sur les enquêtes internes qui ont été menées en secret», a déclaré Elmar Broc, président de la Commission des affaires étrangères dans un communiqué de presse publié à l’issue de cette réunion. Le député allemand a aussi réclamé qu’une enquête soit menée rapidement par une personnalité extérieure à Eulex.