L'essentiel

Le délégué du Conseil fédéral au coronavirus Daniel Koch a estimé durant un point de presse que nous n'en sommes «qu'au maximum à la moitié de la crise».

Les Affaires étrangères ont affirmé que «la plupart des Suisses» bloqués à l'étranger ont été rapatriés.

Ce mardi, la Chine a indiqué qu'aucune mort due au virus n'a été déclarée dans les 24 heures, une première depuis janvier.

Retrouvez les nouvelles du lundi 6 avril


■ L'UE prévoit 15 milliards d'euros pour l'Afrique

L'UE va garantir plus de 15 milliards d'euros pour aider les pays les plus vulnérables en Afrique et dans le reste du monde à lutter contre la pandémie, vient d'annoncer la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

«L'Afrique pourrait connaître les mêmes problèmes que ceux auxquels nous sommes confrontés en Europe dans quelques semaines. Elle a besoin de notre aide pour ralentir la propagation du virus», lance-t-elle dans son message vidéo.


■ Lufthansa commence les coupes

Lufthansa, maison-mère de Swiss, est l'une des premières compagnies à annoncer des mesures comme conséquences de la pandémie. Elle va durablement réduire la taille de sa flotte, se séparant d'une quarantaine d'avions, et fermer sa filiale Germanwings.

Le directoire «ne s'attend pas à un retour rapide du secteur du transport aérien au niveau d'avant la crise», explique la compagnie dans un communiqué. Le groupe ne détaille pas l'impact sur l'emploi de cette restructuration mais a promis que «l'objectif» était de «garder le plus d'emplois possible».

Depuis plusieurs années déjà, Germanwings n'était plus une compagnie à part entière mais intégrée dans la filiale low-cost Eurowings de Lufthansa.

Il n'y a pas de nouvelles à ce stade de Swiss, mais en Belgique – Brussels Airlines est aussi une filiale de Lufthansa –, l'agence de presse nationale signale que «la restructuration de Brussels Airlines sera «intensifiée»».


■ Un instantané: à Zurich

Comme en réponse à la donation croquée à Berlin (ci-dessous), un «Gabenzaun» à Zurich, pour les nécessiteux, ce mardi 7 avril 2020.


■ «Le problème est loin d'être résolu»

Même si le nombre quotidien de personnes infectées baisse, le problème est loin d'être résolu, selon Daniel Koch, de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), dont l'ATS résume les propos après le point de presse.

La hausse du nombre de cas déclarés semble se stabiliser, mais le nombre des décès est encore très élevé, a souligné le délégué de l'OFSP. Avec 22 242 cas positifs et 641 décès (+57 en 24 heures), on est «au maximum à la moitié» de la crise, a-t-il dit.


■ Des centaines de milliers d'agneaux qui resteront vivants

En France, faute de repas de famille à l'occasion de Pâques et des autres fêtes religieuses de printemps, des milliers d'agneaux devront cette année la vie à l'épidémie de coronavirus. Quelque 500 000 ovins ne partiront pas à l'abattage en raison du confinement – ce qui mettra en péril leurs éleveurs, relève l'AFP.

Les ventes de viande d'agneau ont chuté drastiquement, selon la profession, la filière étant aussi particulièrement touchée par la fermeture des restaurants.

Cette année, les deux mois autour de Pâques devaient constituer 80% des ventes annuelles des éleveurs ovins. Exceptionnellement les fêtes des trois grandes confessions juive, chrétienne, et musulmane sont concentrées sur le calendrier, laissant espérer un marché important.

A propos de cette période religieuse: Capsules vidéo, prières virtuelles: la foi au temps du confinement 


■ Un instantané: à Berlin

Le photographe signale que c'est une forme de donation aux sans-abri («Gabenzaun»). Dans une rue de Berlin, un don avec mentions précises.


■ Fribourg a reçu son matériel médical

Lundi après-midi à Cointrin, un avion en provenance de Chine s'est posé avec 92 tonnes de matériel médical, une opération montée par la Chambre de commerce Suisse-Chine et la Chambre de commerce, d’industrie et des services de Genève en faveur des hôpitaux publiques romands.

Le gouvernement fribourgeois publie ce mardi après-midi le détail de ce qui revient au canton:

  • 995 400 masques chirurgicaux
  • 299 680 masques FFP2
  • 220 000 lunettes de protection
  • 1 347 000 gants nitrile non poudrés, de tailles S-XL

Le canton précise «que cette première livraison couvre, dans le pire des scénarios, les besoins de l’ensemble du système de santé fribourgeois pour une durée de 10 jours».


■ «La plupart» des Suisses bloqués ont pu rentrer

La plupart des Suisses bloqués à l'étranger ont pu rentrer au pays, vient d'affirmer Hans-Peter Lenz, responsable de la crise au Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) lors d'un point de presse mardi à Berne, que résume l'ATS. Ils ont pu le faire soit par leurs propres moyens soit grâce à l'aide du DFAE.

21 vols de rapatriements ont été menés par la Suisse. Au total, environ 4600 personnes, dont 2600 Suisses et 2000 étrangers essentiellement européens ont été transportés. De même environ 1100 ressortissants suisses ont été rapatriés par des pays partenaires, essentiellement européens.

Huit vols additionnels sont en cours de planification, depuis Auckland en Nouvelle-Zélande, les Iles Canaries, Guatemala-city, San José au Costa Rica, Dehli et Bombay en Inde, Le Cap en Afrique du Sud et Kinshasa en République démocratique du Congo.


■ Pas de hausse des violences domestiques à ce stade

Stefan Blättler, président de la conférence des chefs des polices cantonales, s'est exprimé pendant le point de presse de l'Office fédéral de la santé publique. Il rappelle «la crainte exprimée au début des mesures, d'une hausse des violences domestiques». Il assure qu'après analyse des plaintes et autres démarches jusqu'ici avec ses collègues, «la bonne nouvelle est que nous n'observons pas d'augmentation par rapport à la même période les années précédentes».

A ce sujet: Violence domestique et confinement: le risque d'explosion 


■ Simonetta Sommaruga «émue» par sa visite au CHUV

Le Conseil d'Etat vaudois a reçu ce mardi la présidente de la Confédération, Simonetta Sommaruga. Nuria Gorrite, qui préside le collège vaudois, parle de «quelques divergences» avec le gouvernement fédéral, et met l'accent sur les transports publics, dont le retour à la normale sera complexe.

La présidente de la Confédération se dit «impressionnée» par ce qu'elle a vu au CHUV dans la matinée, et «profondément émue» par sa visite des soins intensifs. «Nous savons que certains cantons sont plus affectés que d'autres», dont Vaud.

Elle salue à la fois les soignants et le personnels de service, d'entretien, ainsi que les employés des CMS: «Jusqu'ici notre système de santé a tenu.»

Elle réitère la demande du Conseil fédéral, ne pas sortir davantage pendant les congés pascaux.

La ministre vaudoise de la Santé Rebecca Ruiz, elle, veut prendre ses distances avec les discussions, montantes, sur la sortie du confinement: des levées des restrictions trop rapides «annuleraient les effets des mesures prises».

Vaud prévoit 400 millions. Avant dans la matinée, le gouvernement vaudois a publié ses résultats 2019. Les comptes affichent un bilan positif, de 4 millions de francs, pour la 15e année consécutive. Ils présentent un excédent de revenus net de 4 millions de francs Le ministre des Finances Pascal Broulis signale qu'il y aura «un avant et un après coronavirus». «Il faut s'attendre à une rupture du fait de la pandémie (...) L'impact du Covid-19 sera à coup sûr très important».

L'Etat prévoit 403 millions de francs pour pallier les effets du coronavirus, intégrés aux résultats 2019. 50 millions vont au fonds de chômage et 100 millions au fonds de garantie, soit 150 millions pour le secteur économique. Les 253 millions restants serviront à diverses mesures futures qui n'ont pas encore été identifiées avec précision. Pascal Broulis a évoqué de très gros besoins pour le secteur sanitaire.


■ Un maire ukrainien creuse des tombes pour édifier ses administrés

De sinistres fosses pour faire de la prévention. En Ukraine, relate l'AFP, le maire de Dnipro (centre-est du pays, près d'un million d'habitants) a fait creuser des centaines de tombes afin d'inciter la population à respecter le confinement. Au total, 615 tombes ont été creusées dans plusieurs cimetières et 2000 sacs mortuaires étanches préparés, a indiqué Ioulia Vitvitska, porte-parole de la mairie.

L'initiative a été lancée par le maire Boris Filatov, un riche homme d'affaires haut en couleur, très actif sur les réseaux sociaux.

«A ceux qui ne comprennent toujours pas: nous nous préparons au pire», a-t-il écrit sur Facebook le 2 avril, annonçant vouloir creuser ces centaines de tombes et exhortant les citadins à obéir aux règles d'isolement à domicile, souvent négligées par la population.

«Sans aucune exagération, c'est une question de vie et de mort», a lancé le maire, brandissant aussi la menace d'une amende de 17 000 hryvnias (570 euros environ) pour ceux qui ne se confineraient pas. Une somme énorme pour ce qui est l'un des pays des plus pauvres d'Europe.


■ Les chiffres du jour de l'OFSP

Ce mardi matin, la Suisse compte 22 242 cas testés positifs au coronavirus, soit 590 de plus que la veille. A l'heure actuelle, 641 personnes sont décédées des suites de la maladie Covid-19, selon l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).

Le pays a enregistré 57 nouveaux décès en 24 heures. La Suisse a l'une des incidences les plus élevées (259 cas pour 100 000 habitants) en Europe.


■ La SSR demande le chômage partiel

La crise provoque, pour la presse comme les TV, de terribles chutes de recettes publicitaires. La SSR, qui communique ce mardi, dit ne pas pouvoir formuler le manque à gagner mais «les estimations sont à deux chiffres et en millions», indique son conseil.

De plus, l’annulation de grandes manifestations sportives et culturelles fait tomber des pans entiers de programmes.

La direction de la holding publique a donc décidé de demander le chômage partiel pour des services de SRF, RTS, RSI et le télétexte. La requête porte sur 600 employées et employés. L'effectif total de la SSR est de 4900 personnes.

La situation dans les journaux: La presse romande survivra-t-elle au virus?


■ Boris Johnson n'est pas sous respirateur

Le premier ministre britannique, qui a passé la nuit en soins intensifs, «a reçu un soutien en oxygène et il reste sous étroite surveillance», mais il n'a «pas été placé sous respirateur», a indiqué Michael Gove, numéro deux de facto du gouvernement. Il s'est exprimé sur la radio LBC.


■ En Nouvelle-Zélande, le ministre de la Santé surpris sur la plage en plein confinement

Il a concédé que c'était «idiot». En Nouvelle-Zélande, pays qui pratique le confinement, le ministre de la Santé David Clark a été surpris en balade sur la plage avec sa petite famille, qu'il avait aimablement amené en voiture, racontent plusieurs médias dont le Guardian.

L'escapade se situait à 20 km de leur maison, alors que les règles en vigueur stipulent que la voiture ne doit être employée que pour la nourriture ou des trajets médicaux.

J'ai été idiot, je comprends que la population m'en veuille...

Le ministre avait déjà été pris la main dans le sac en faisant du vélo assez loin de sa demeure. Suspendu, il a fait son autocritique.


■ Sept régions du Japon sous état d'urgence

Le premier ministre japonais Shinzo Abe a déclaré mardi l'état d'urgence, d'une durée initiale d'un mois, pour Tokyo et six autres régions de l'archipel.

Longtemps épargné, le Japon fait face à une hausse des cas de personnes contaminées, en particulier à Tokyo.

L'état d'urgence, précise l'AFP, ne permet pas aux autorités d'imposer un confinement strict comme dans d'autres pays, mais offre aux gouverneurs régionaux concernés la possibilité d'insister auprès de la population afin qu'elle reste chez elle, ainsi que de demander la fermeture temporaire de commerces non essentiels.


■ Le KOF analyse les coûts de la paralysie

L'institut d'analyse conjoncturel de l'EPFZ, le KOF, publie le résultats de ses estimations à propos des coûts de la crise actuelle. Il écrit: «Le scénario le plus positif suppose un confinement d'un mois en Suisse et une chute de 10% de la production économique internationale. [...] La perte de valeur ajoutée entre mars et juin s'élève à près de 22 milliards de francs. Cela représente environ 9% de la production économique normale sur la même période.»

Voilà pour le scénario dit «doux».

Le brutal: «Le scénario le plus pessimiste prévoit un gel des marchés pendant deux mois et une chute de 17% de la production économique internationale. Dans ce scénario «plus radical», les coûts totaux s'élèvent à 35 milliards de francs, soit environ 15% de la valeur ajoutée.»


■ Il ne reste que «quelques milliers» de Français à rapatrier, la Suisse en est à son 20e vol

«On a ramené 148 000 Français à la maison» depuis le début du confinement, vient de déclarer le secrétaire d'Etat français auprès du ministre des Affaires étrangères, Jean-Baptiste Lemoyne, en affirmant que seuls «quelques milliers» de ressortissants restaient à rapatrier.

«Nous allons poursuivre les vols affrétés par Air France pour aller les chercher, aux Philippines, au Pérou», a précisé Jean-Baptiste Lemoyne mardi matin sur l'antenne de France Bleu Provence.

En Suisse: plusieurs atterrissages dimanche. Dans son dernier décompte, à la fin de la semaine passée, le Département fédéral des affaires étrangères annonçait le chiffre de 2400 Suisses rapatriés.

Dimanche, deux vols se sont posés à Zurich, en provenance de Bangkok et de Goa. 20 avions ont été affrétés à ce jour pour ces rapatriements.


■ La Chine n'annonce aucun décès en un jour

La Chine n'a recensé aucun nouveau décès quotidien pour la première fois depuis que sont publiées les statistiques de victimes du coronavirus, démarrées en janvier, annoncent ce mardi les autorités sanitaires.

A Wuhan, berceau de l'épidémie, les restrictions à la sortie de la ville sont censées être levées mercredi, deux mois et demi après la mise en quarantaine de la métropole de 11 millions d'habitants. Mais seules les personnes en bonne santé seront autorisées à quitter la ville.

Notre reportage: Wuhan, ville martyre, pleure ses morts

Le pays, rappelle l'AFP, avait fait état d'un premier décès le 11 janvier dernier. Depuis, 3.331 personnes ont succombé à la maladie dans le pays.


■ Le taux de chômage a crû en mars

Le repli du taux de chômage en Suisse n'a été que de courte durée. Il a augmenté à 2,9% en mars, alors que suite à quatre mois de hausse, il avait enregistré un recul en février à 2,5%, annonce e mardi matin le Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco).

Quelque 135 624 personnes étaient sans emploi fin mars, soit 17 802 de plus que le mois précédent, précise le Seco. Les premiers effets de la crise économique liée au coronavirus se sont fait clairement ressentir, estime l'administration.


■ Le bilan de fin de soirée

Selon le décompte de l'AFP, la pandémie a fait plus de 70 000 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, dont plus de 50 000 en Europe. Les Etats-Unis ont franchi lundi le seuil des 10 000 morts.

Le bilan des décès est reparti à la hausse en Italie, le pays le plus touché, avec 636 décès supplémentaires en 24 heures.