Igor Kozlovski ne s’inquiète pas car, dit-il, «avec ce que j’ai traversé, je ne peux plus avoir peur», dit celui qui est considéré en Ukraine comme un héros de la lutte pour la démocratie dans le Donbass. «Je sais que le FSB [service de renseignement russe] a un dossier sur moi, mais je ne fuirai plus. Si les Russes envahissent Kiev, je resterai avec mon fils jusqu’au bout, jusqu’à la mort.» Pour ce philosophe et historien des religions, le président Vladimir Poutine n’a pas compris ce qui différencie l’Ukraine de la Russie. Il voit dans la première une sœur cadette de la Grande Russie, «alors que les deux pays, les deux peuples et les deux cultures diffèrent profondément».