L’offensive menée en Ukraine a propulsé le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) sur le devant de la scène et réactivé les procédures sensibles qui concernent Moscou. Une enquête pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité a été lancée en un temps record. Le 10 mars dernier, Karim Khan a également annoncé avoir soumis trois mandats d’arrêt contre des responsables pro-russes de Géorgie – tout en mentionnant au passage un général russe déjà décédé – pour des atrocités commises en 2008. Ce sursaut est-il susceptible de transformer à plus long terme l’image d’une justice en mal de crédibilité, empêtrée dans des dossiers interminables, souvent impuissante, et dont le message de lutte contre l’impunité prend souvent des airs d’incantation? Le point sur ces questions avec Sévane Garibian, spécialiste du traitement juridique des crimes de masse et professeure aux Universités de Genève et Neuchâtel.