De la «colère» à la «déception». Dans un entretien accordé vendredi 4 juin au site américain Axios, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a confié avoir appris par voie de presse en mai dernier que les Etats-Unis comptaient suspendre certaines des sanctions frappant le projet de gazoduc Nord Stream 2.

Alors que le sommet de Genève entre Vladimir Poutine et Joe Biden approche, il souffle comme un vent de panique à Kiev. Les manœuvres militaires russes du printemps ont rappelé à quel point l’Ukraine sert, à son corps défendant, de baromètre à la relation entre Moscou et Washington. Certes, cette remontée des tensions a aussi contribué à ce que le président américain propose à son homologue russe de le rencontrer. Mais le processus d’approche engagé par l’administration Biden a, à son tour, suscité les pires craintes des Ukrainiens.