Plus d’une heure et demie de conversation entre Emmanuel Macron et Vladimir Poutine dimanche: nul ne pourra dire que le chef de l’Etat français, qui assume pour six mois la présidence tournante de l’UE, n’aura pas fait preuve de ténacité pour trouver une issue diplomatique à la guerre en Ukraine. Une ténacité logique: les 10 et 11 mars, les chefs d’Etat et de gouvernement des 27 se réunissent à Versailles pour un sommet extraordinaire qui sera largement consacré au conflit et à ses conséquences. Avec un défi: tenir la ligne dure et unanime sur le long terme, puisque aucune solution prévisible ne se dessine. Explications.