Sécurité

Lutte contre le terrorisme: l'Allemagne adopte une loi sécuritaire controversée

Grâce à ce texte, les autorités allemandes pourront espionner le contenu de messageries cryptées comme WhatsApp et Skype, et notamment dans le cadre de procédures pénales

L'Allemagne a adopté jeudi une loi sécuritaire fortement critiquée qui permettra aux autorités d'espionner le contenu de messageries cryptées comme WhatsApp et Skype. Un nombre de situations beaucoup plus important que jusqu'à présent est touché.

Dans un contexte de vague d'attentats djihadistes en Europe, les députés ont voté un texte sur «le renforcement de l'efficacité des procédures pénales». Les enquêteurs allemands pourront désormais introduire dans les téléphones portables et ordinateurs des usagers des logiciels espions.

Lire aussi: L’Allemagne utilise un système suisse pour détecter les terroristes

Ces «Cheval de Troie» leur permettront d'accéder aux données de messageries cryptées, comme les très populaires applications WhatsApp et Skype, y compris dans le cadre de procédures pénales. Jusqu'à présent, ces outils de surveillance n'étaient autorisés par la Cour constitutionnelle allemande que dans le cadre de la lutte anti-terroriste.

Ce vote est significatif pour un pays d'ordinaire très à cheval dès qu'il s'agit de protection des données privées, en raison du poids du passé allemand avec les deux dictatures du XXe siècle, celle des Nazis et celle du régime communiste de RDA après-guerre.

Un débat européen

Le ministre de l'Intérieur Thomas de Maizière s'est félicité de l'adoption de cette loi qui corrige selon lui un «retard» technologique de l'État sur les délinquants et criminels utilisant massivement, comme le reste de la population, ces applications.

Lire aussi: Inquiétudes européennes face aux mesures antiterroristes

«Il n'est pas possible que le succès d'une procédure ou de l'application de la loi dépende du moyen de communication utilisé par une personne, dépende du fait qu'elle utilise WhatsApp ou qu'elle envoie un SMS», a déclaré Thomas De Maizière au quotidien Handelsblatt. Les partis d'opposition (l'extrême gauche et les Verts) ont eux dénoncé un outil de surveillance d'une ampleur inédite pour le pays et ont voté contre.

Le débat agite tous les pays frappés par les attentats. La France et le Royaume-Uni ont appelé le 14 juin à l'établissement d'un système de réquisitions légales des services cryptés pour renforcer la lutte européenne anti-terroriste.

WhatsApp, détenu par Facebook, et Skype, qui utilisent le cryptage de données pour garantir à leurs utilisateurs la confidentialité des échangeswhatsa refusent de se plier aux lois qui imposent dans certains pays aux opérateurs traditionnels de télécommunication (fournisseurs d'accès à internet, opérateurs mobiles et fixe) de fournir leurs données aux gouvernements qui le leur demandent.

Publicité