Italie

«Le M5S et la Ligue ne déchireront pas les traités européens»

Les deux partis anti-système sortis vainqueurs des dernières élections législatives n’ont toujours pas conclu d’accord de gouvernement. S’ils convergent sur des sujets importants, ils divergent sensiblement sur d’autres. Interview 

Le Mouvement 5 étoiles (M5S) et la Ligue ont besoin de plus de temps pour s’entendre sur leur «contrat d’un gouvernement du changement». Ils l’ont expliqué lundi au président de la République, Sergio Mattarella, lors d’un nouveau tour de consultations. Après quatre jours de négociations entre les deux forces anti-système sorties gagnantes des élections législatives du 4 mars, leur accord semblait acquis. Elles tenteront de surmonter leurs dissensions ces prochains jours, excluant pour l’heure de se prononcer sur le nom d’un candidat premier ministre commun. 

La formation d’un gouvernement M5S-Lega est soumise encore à de nombreuses conditions. A celle par exemple de Matteo Salvini, le secrétaire du parti d’extrême droite, demandant notamment d’avoir les mains libres sur les politiques migratoires et la sécurité. Ou encore au vote en ligne des inscrits du mouvement étoilé devant donner le feu vert ou non à l’accord, une fois qu’il sera définitif. 

Lire aussi: En Italie, l’attelage mal assorti des populistes

Giacinto della Cananea, professeur de l’Université de Rome, avait été désigné en avril par le leader du M5S, Luigi Di Maio, pour étudier les programmes du mouvement étoilé, de la Ligue et du Parti démocrate, comprendre quels étaient les points de convergence et de divergence et dessiner une méthode permettant à une alliance de partis antagonistes de gouverner. L’économiste assure avoir travaillé gratuitement pour assurer son indépendance. Il a monté un «comité scientifique» restreint et, après dix jours d’étude, a produit un document d’une trentaine de pages sur la question.

Le Temps: Sur quels points le Mouvement 5 étoiles et la Ligue s’entendent-ils?

Giacinto della Cananea: La principale convergence des programmes du Mouvement 5 étoiles et de la Ligue est leur offre d’une politique basée sur le changement. Quand le Parti démocrate et Forza Italia proposent au contraire la continuité. Il y a d’autres convergences cependant, comme la lutte contre la corruption, un point central de leur programme. Ils retiennent aussi tous deux que les règles européennes sont trop contraignantes, comme celles sur les budgets et sur la politique industrielle, et que, par conséquent, leur pays devrait avoir plus de libertés. Mais à côté de ces convergences, il y a des divergences. Le M5S propose le revenu universel. Cela suppose une valorisation de la dépense publique. Or le premier point du programme de la Ligue porte sur la fiscalité. Il prévoit de réduire la pression fiscale, avec la flat tax [l’impôt à taux unique fixé à 15%]. Ce ne sont pas deux directions opposées, mais elles ont des conséquences financières importantes. Il existe un terrain pour une entente, mais il faudrait plus de temps pour négocier.

Quels sont les points de rupture entre les deux programmes?

Ces points concernent la politique étrangère, à savoir l’Union européenne, l’OTAN et la politique migratoire. Cette dernière question est le point le plus compliqué de l’entente. La différence entre le M5S et la Ligue est conséquente, ce qui n’exclut pas qu’ils puissent trouver un accord. Cet accord portera-t-il sur le fait de déplacer nos actions en Afrique par exemple, en fournissant une aide économique plus solide à ces pays? Ou préféreront-ils apporter, par exemple, une aide militaire pour la protection des églises catholiques au Nigeria?
Je crois que personne, pas même la Ligue, ne pense repousser les migrants à la mer. Mais les accords qui peuvent être passés avec les responsables politiques du nord de l’Afrique peuvent être de nature diverse. L’accord que l’Union européenne a stipulé avec le gouvernement turc doit-il être considéré comme un modèle ou rester valable seulement avec la Turquie? Veulent-ils changer les engagements de Frontex? Je ne crois pas que l’on puisse s’entendre sur de tels points en quelques jours [de négociation].

Cette alliance anti-système entre le M5S et la Ligue est présentée comme eurosceptique voire europhobe. Qu’en pensez-vous?

Cette idée que ceux qui prennent maintenant le pouvoir déchireront les traités européens est une simplification excessive. Mais ils entendent bien sûr renégocier certains points de l’union économique et monétaire, notamment concernant le pacte de stabilité. Il y a une différence importante dans les programmes. Le Mouvement 5 étoiles, qui a été très critique avec les institutions européennes, a plusieurs fois affirmé qu’il considérerait l’appartenance à l’Union européenne comme une donnée non négociable. Même la Lega est d’accord sur une participation à l’intégration européenne. Mais dans son programme, elle demande de revenir à une Europe pré-Traité de Maastricht, avant que le texte n’introduise en 1992 la monnaie unique et surtout d’importants changements dans la politique des frontières.

Publicité