états-Unis

Macron reçu en grande pompe par Trump à Washington

La visite d'Etat, première sous la présidence Trump, a vocation à faire passer des messages. Elle a été marquée par le don d'un chêne issu du bois Belleau (Aisne)

Emmanuel Macron a été reçu lundi en grande pompe à Washington par Donald Trump au premier jour d’une visite d’Etat que la France et les Etats-Unis veulent riche en symboles et en démonstrations d’amitié. Mais des divergences persistent sur des dossiers épineux.

Visite du bureau Ovale, survol de Washington à bord de l’hélicoptère présidentiel et dîner à la demeure historique de Mount Vernon: le chef de l’Etat français – premier dirigeant étranger en visite d’Etat sous la présidence Trump – a eu droit comme attendu à tous les honneurs de la part de son homologue.

Après un petit bain de foule avec son épouse Brigitte au mémorial de Lincoln où il s’est notamment prêté au jeu des selfies, Emmanuel Macron s’est rendu à la Maison blanche en fin d’après-midi où il a été accueilli par Donald et Melania Trump.

Lire aussi: Entre Donald Trump et Emmanuel Macron, les dessous de l’entente cordiale

Un an après leur première poignée de main qui avait été très commentée en marge du sommet de l’Otan à Bruxelles, les deux présidents, très souriants, ont échangé une longue accolade sur le perron devant les objectifs. Puis ils ont rejoint brièvement le Bureau ovale.

Un chêne comme message pour le climat

Cette première rencontre – la sixième entre les deux dirigeants depuis leur accession au pouvoir en 2017 – a été marquée par le don d’un chêne issu du bois Belleau (Aisne), lieu emblématique d’une bataille de 1918 des forces américaines contre les troupes allemandes.

En tenue de soirée et accompagnés de leurs épouses, les deux présidents ont «planté» ce chêne, de 1,30 mètre environ, dans le jardin de la Maison-Blanche. Au-delà de l’aspect militaire, ce cadeau est l’occasion pour Emmanuel Macron de faire passer un nouveau «message» à son homologue américain, près d’un an après la décision de ce dernier de se retirer de l’Accord de Paris sur le climat.

Depuis son annonce fracassante de se désengager de cet accord qui doit permettre de contenir le réchauffement de la planète sous les 2° C, le président américain n’a pas modifié d’un iota sa position à l’égard de ce texte qu’il juge «mauvais». Responsables de 15% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, les Etats-Unis s’étaient engagés dans le cadre de l’Accord de Paris à réduire d’ici à 2025 de 26 à 28% leurs émissions par rapport à 2005.

Acte II de la lune de miel

Les deux couples se sont ensuite envolés à bord de l’hélicoptère présidentiel Marine One pour un survol de Washington puis vers Mount Vernon, résidence historique du premier président américain George Washington, pour un dîner privé.

Lire aussi: Donald Trump, ce nouvel ami bien encombrant

«Cette visite est très importante dans le contexte qui est le nôtre aujourd’hui, avec beaucoup d’incertitudes, beaucoup de troubles et parfois beaucoup de menaces», a souligné Emmanuel Macron à son arrivée à Washington, en début d’après-midi sur la base aérienne d’Andrews. Neuf mois après la visite de Donald Trump à Paris, marquée par le dîner en haut de la tour Eiffel et le défilé militaire du 14 Juillet, cette visite d’Etat fait figure d’acte II dans la lune de miel prolongée entre Donald Trump et Emmanuel Macron.

En l’espace d’un an, les deux dirigeants, qui sont arrivés au pouvoir en déjouant tous les pronostics et qui se décrivent comme des «francs-tireurs», sont parvenus à construire une relation «étroite» au gré de leurs rencontres et de leur vingtaine d’échanges téléphoniques, souligne-t-on à l’Elysée.

Les résultats concrets de cette «relation personnelle forte» restent toutefois limités aux yeux des observateurs qui estiment que la visite d’Emmanuel Macron fera figure de test à l’approche de deux échéances internationales cruciales – le 1er mai, avec l’expiration de l’exemption des tarifs douaniers sur l’acier et l’aluminium, et le 12 mai, avec l’accord sur le nucléaire iranien que Donald Trump menace de «déchirer».

La marge s’annonce étroite. Quelques minutes seulement après l’arrivée d’Emmanuel Macron sur le sol américain, la Maison-Blanche a fait savoir qu’il n’y aurait aucune annonce sur la question de l’Iran au cours de ce séjour. «Le président [Trump] a été extrêmement clair sur le fait qu’il pense que c’est un mauvais accord, sa position n’a pas changé», a dit la porte-parole de la Maison-Blanche, Sarah Sanders.

Publicité