Hé vous! Ce magazine vous parle! Vous: femmes, hommes, non-binaires de tous les âges et de toutes les couleurs! Vous que la curiosité anime, que l’humanité fascine, vous qui n’êtes pas insensibles aux vaniteuses beautés de ce monde! Faites courir vos yeux sur ses lignes, faites glisser son papier entre vos doigts, enivrez-vous du parfum de ses encres, et perdez-vous de titrailles en notules jusqu’aux dernières pages de cette nouvelle formule éditoriale, puisque vous en êtes le public cible.

Lire aussi: La liberté face au défi du climat: un échange entre Dominique Bourg et Nicolas Jutzet

Oui, vous, dans votre réjouissante diversité. Car vous n’êtes pas aussi homogènes que le prétendent les études de marché. Ni aussi monomaniaques que le croient les algorithmes. En vous cohabitent les goûts éclectiques et les désirs paradoxaux qui n’attendent que de percer votre bulle de filtres.

Matérialité insolente

A l’ère du profilage numérique ultra-personnalisé, ce magazine et sa matérialité insolente font le pari de vous plaire en commençant par vous offrir ce que le scroll infini de vos écrans n’autorise plus: la variété et la surprise. Vous pensiez aimer les reportages mais pas la mode? La littérature plutôt que la manucure? L’urbanisme mais pas les faits divers? Laissez-vous surprendre: deux fois par mois, les 68 pages de ce magazine s’ouvriront comme une valise magique pour vous emmener là où vous n’imaginiez pas aller. Et le plus chic, c’est que tous ses brillants contenus vont vous attendre. Prenez votre temps! Contrairement aux médias de flux, ce magazine n’est pas pressé: rouvrez-le demain, dans trois mois ou trois ans, il n’aura rien perdu de son panache.

Lire aussi: Nicolas Mathieu: «La lecture est une manière d’être au monde sensuellement»

Bien sûr, vous vous dites: «Un magazine, en 2022? Est-ce bien raisonnable?» D’abord, j’ai pensé comme vous. Et puis, j’ai réfléchi. Avec ce qu’il consomme de ressources et d’énergie, un magazine sur papier glacé est un non-sens si l’on y imprime des contenus jetables. En revanche, si l’on choisit d’y mettre les récits qui nous lient, les questions de notre temps, des fragments du monde qui est le nôtre, alors il devient le témoin d’une époque: un document.

Au XXIe siècle, imprimer sur papier glacé est un luxe, assorti d’une grande responsabilité. Cette publication fait le pari d’être à la hauteur et revêt pour vous de nouveaux habits, inaugure de nouvelles rubriques. Mais ce sont vos yeux, gourmands et curieux, critiques et exigeants, qui feront sa pérennité. Alors oui, vraiment, ce magazine vous parle: il compte sur vous, lectrices et lecteurs, pour donner un sens à son existence.

Lire aussi: «L'Ami voyou», premier épisode: Révolte à Montbenon