Le maire démocrate de New York Bill de Blasio a été facilement réélu mardi à la tête de la capitale financière américaine et a immédiatement promis de combattre Donald Trump. De Blasio, qui s’est posé toute la campagne en défenseur des New-Yorkais face au président américain, l’a emporté haut la main avec 66,1% des voix contre 28,1% à sa rivale républicaine Nicole Malliotakis, sur la base des résultats de 97% des bureaux de vote.

Lire également: Donald Trump arrive en Chine après une nouvelle mise en garde à Kim Jong-Un

Même s’il a été réélu sans enthousiasme, la victoire de Bill de Blasio, un Américain d’origine italienne de 56 ans, était attendue: New York est un fief démocrate et Malliotakis, malgré une campagne pugnace, était très peu connue.

«Si vous vous retournez contre les valeurs de votre ville natale, votre ville résistera», a-t-il lancé à l’attention du président lui aussi natif de New York, sous les applaudissements de ses supporters réunis au Brooklyn Museum. «Nous allons défendre le système de santé», a ajouté de Blasio, en allusion aux efforts de Trump pour démanteler l'Obamacare. «Nous allons défendre les immigrés […]. Quand les immigrés sont attaqués, c’est nous tous qui sommes attaqués!»

L’une des principales mesures du premier mandat de Bill de Blasio, un démocrate très à gauche, a été d’ouvrir les écoles publiques de la capitale financière américaine à tous les enfants dès 3 ans, une mini-révolution aux Etats-Unis, où les enfants doivent généralement attendre 5 ans pour quitter les garderies privées.

Lire aussi: Bill de Blasio, le Zorro de New York

Mauvaise soirée électorale pour le Parti républicain

Indépendamment de ce scrutin, deux candidats démocrates ont été élus gouverneurs mardi aux Etats-Unis. Dans le New Jersey, Phil Murphy succède à un républicain qui a soutenu avec enthousiasme Donald Trump, Chris Christie. Et en Virginie, une élection à suspense s’est conclue par la victoire du démocrate Ralph Northam, qui a battu sans trop de difficultés le républicain Ed Gillespie, un ancien cacique du parti reconverti en héraut des idées populistes et nationalistes.

De Blasio s’est réjoui de leur victoire. «Crions victoire pour qu’ils nous entendent dans le New Jersey! Crions victoire pour qu’ils nous entendent en Virginie!» a lancé le maire réélu.

Lire aussi: Donald Trump, un an déjà: le bilan en chiffres

Dans ces scrutins, les enjeux locaux se mêlaient à une sorte de référendum sur le locataire de la Maison-Blanche, ou du moins ses idées et son parti. Donald Trump, depuis l’Asie, a rapidement pris ses distances avec le perdant. «Ed Gillespie a travaillé dur mais ne s’était pas pleinement associé à moi ni à mes idées», a-t-il écrit sur Twitter.

La soirée est une sorte de revanche pour les démocrates, qui n’ont réussi à conquérir aucun siège lors des cinq élections partielles au Congrès tenues depuis le début de l’année. «Les électeurs ont rejeté l’agenda Trump-Pence», s’est félicité le président du Parti démocrate, Tom Perez. «Les succès de ce soir ne sont que le début.»