«Qu'elle choisisse, à la fin!» Ce que nombre d'Avignonnais, et pas tous de droite, pensaient de la candidature d'Elisabeth Giguou ces derniers mois aura bien plus pesé que ne pensait la ministre. Lors de sa campagne dans la Cité des papes, où elle a laissé planer l'équivoque sur ses vraies intentions – maire à plein temps ou non? – cette coquetterie lui aura coûté cher. Comme elle aura coûté à d'autres aussi: des ministres qui voulaient cumuler leurs fonctions dans les ors du VIIe arrondissement avec une charge de maire, il y en a eu une trentaine dans le gouvernement Jospin. Ils ne faisaient que perpétuer une pratique fort ancienne de la République.

Mais voilà: ils ont été cinq – Elisabeth Guigou à Avignon, Pierre Moscovici à Montbéliard, Jack Lang à Blois, Jean-Claude Gayssot à Béziers et Dominique Voynet à Dole – à se faire renvoyer dans les cordes par les électeurs. Lionel Jospin a donc conclu. Lundi après-midi, il faisait savoir, par son entourage, que ses ministres – ils sont 14 maires réélus – allaient devoir choisir, dans les jours qui viennent: ou le portefeuille ou l'écharpe.

Pour l'heure, on sait qu'un seul d'entre eux devrait avoir choisi: Louis Besson paraît préférer sa mairie de Chambéry à son secrétariat d'Etat au logement. Bonne occasion, dit-on déjà ici, d'un léger rééquilibrage du gouvernement en faveur des Verts, qui réclament leur dû après leurs succès aux municipales. En sifflant la fin de la récréation, Lionel Jospin ne fait rien d'autre, finalement, que d'appliquer la règle qu'il voulait imposer aux siens puis à tous les élus du pays à sa venue au pouvoir il y a quatre ans: réduire les cumuls au minimum. Lionel Jospin a dû céder, l'automne dernier, aux supplications des siens, qui réclamaient un assouplissement de la consigne. Entendant le message clair des Français – «on veut des maires qui s'occupent de nous» – le premier ministre se donne raison. Il reste à savoir ce qu'en penseront les électeurs qui se sont souvent battus pour faire élire leur maire, et qu'on sèvre ainsi, d'un oukase aussi subit que décidé d'en haut. Tout ce que les Français détestent.