L’administration américaine n’autorisera pas de nouveaux forages pétroliers en mer tant que n’auront pas été établies les causes de l’explosion d’une plateforme à l’origine d’une marée noire dans le golfe du Mexique, a déclaré vendredi un conseiller du président Barack Obama.

Le président Obama a troublé nombre de ses partisans et les écologistes en annonçant en mars la fin d’un moratoire sur l’exploitation pétrolière en mer, dans l’espoir de rallier des soutiens à une loi de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Mais son principal conseiller, David Axelrod, a souligné vendredi sur la chaîne de télévision ABC que «aucun nouveau forage n’a été autorisé et aucun ne le sera tant que nous n’aurons pas déterminé ce qui s’est passé (lors de l’explosion de la plateforme) et s’il s’agit d’un événement exceptionnel ou que l’on aurait pu empêcher».

Les premières nappes de pétrole échappées de la plateforme exploitée par BP ont atteint dans la nuit les côtes de Louisiane (sud), dix jours après l’explosion de l’installation. Avec 800 000 litres de pétrole s’échappant chaque jour de la plateforme, la catastrophe pourrait dépasser en ampleur celle de l’Exxon Valdez, la pire de l’histoire américaine, en 1989.