Après des jours de discussions intenses, le chef de la majorité républicaine au Sénat américain a annoncé, mercredi, être parvenu à un accord sur un plan «historique» de 2000 milliards de dollars avec les démocrates et la Maison-Blanche pour relancer la première économie mondiale, durement frappée par la pandémie de coronavirus.

«Nous approuverons ce texte plus tard aujourd'hui», a déclaré le sénateur républicain Mitch McConnell dans l'hémicycle. L'accord devra ensuite être adopté par la Chambre des représentants, contrôlée par les démocrates, avant d'être promulgué par le président américain, Donald Trump.

Lire également:  Avec le coronavirus, l’économie américaine sous perfusion

Un besoin «urgent» pour relancer l'économie

Le président américain Donald Trump avait appelé mardi matin le Congrès à «agir immédiatement». «Plus cela prendra de temps, plus il sera difficile de redémarrer l'économie. Nos travailleurs vont souffrir», avait-il tweeté.

«Ce plan représentera le plus gros programme d'aide destiné à l'économie réelle de l'histoire des Etats-Unis», avait précisé mardi soir le conseiller économique de la Maison-Blanche Larry Kudlow. «Nous avons besoin d'urgence de cette loi pour renforcer l'économie, pour injecter des liquidités et stabiliser les marchés financiers afin de traverser cette période difficile (...) mais aussi pour nous positionner avant le rebond qui, je pense, pourrait arriver plus tard cette année.»

L'opposition réclame de la supervision

Les mesures incluent des aides directes versées aux Américains, des prêts pour les petites entreprises et pour les poids lourds de l'économie, dont le secteur aérien, ainsi que davantage de moyens pour les hôpitaux américains.

Lire aussi: Un plan massif de relance de l'économie américaine bute au Sénat

Echaudée par les excès des bénéficiaires du plan de sauvetage de la crise de 2008, l'opposition réclame à l'administration Trump une supervision accrue des prêts accordés aux grandes entreprises, le versement intégral des salaires, pendant plusieurs mois, aux employés mis au chômage technique et encore plus de moyens pour les hôpitaux.