Etats-Unis

La Maison-Blanche est un jardin d’enfants, l’un d’eux a le bouton atomique

Pris à partie par Donald Trump, l’influent sénateur républicain Rob Corker réplique et craint que le président ne déclenche une «troisième guerre mondiale» si son entourage ne parvient pas à le préserver de ses instincts

Le week-end de Donald Trump a apporté son nouveau lot de révélations. Plus beaucoup de doutes: la Maison-Blanche est un jardin d’enfants, où les membres de l’administration et les élus républicains se chamaillent fort peu discrètement.

Après le secrétaire d’Etat Rex Tillerson, qui a dû démentir la semaine dernière les informations selon lesquelles il aurait traité Donald Trump de «crétin», le président était dimanche aux prises avec un influent sénateur de son propre camp. Pris à partie par Donald Trump, qui a twitté qu’il ne soutiendrait pas sa réélection, l’intéressé a riposté de façon cinglante par le même canal: «C’est une honte que la Maison-Blanche soit devenue une garderie pour adultes. Quelqu’un a manifestement manqué son tour de garde ce matin.»

Rob Corker, président de la Commission des affaires étrangères du Sénat, s’en est expliqué plus tard au New York Times: Donald Trump gère sa présidence «comme une émission de téléréalité». Ses menaces contre d’autres nations font craindre une «troisième guerre mondiale». Heureusement que son entourage préserve le président de ses instincts, poursuit-il.

Ces dernières semaines, Donald Trump a promis de faire «le nécessaire» face à la Corée du Nord avec ses essais nucléaires et tirs de missiles de plus en plus menaçants pour les Etats-Unis. Et d’humilier, en 140 signes, Rex Tillerson et ses vaines tentatives de négocier avec Kim Jong-un.

Lire aussi: «Les psychiatres s’écharpent autour de la santé de Donald Trump»

Ce jeudi, le président américain doit se prononcer sur l’accord limitant le programme nucléaire iranien, qu’il pourrait décertifier. Ce qui reviendrait à laisser le Congrès détricoter l’accord, une tâche dans laquelle le sénateur Corker pourrait jouer un rôle crucial. «C’est un fait, je le sais: chaque jour à la Maison-Blanche, il y a une situation où il faut essayer de le contenir», a lâché le sénateur Rob Corker, assurant que la majorité de ses collègues républicains pensaient comme lui. Un jardin d’enfants, cela prête à sourire, sauf que l’un d’eux a un bouton atomique.

Lire aussi: «Le nouvel Etat voyou nucléaire: les Etats-Unis»

Publicité