Corruption

La Malaisie crée une cellule spéciale chargée de l'affaire 1MDB

Cette cellule devra identifier et saisir les avoirs qui auraient pu être acquis en siphonnant le fonds souverain. Une coopération avec la Suisse est souhaitée

La Malaisie a mis sur pied une cellule d’investigation spéciale chargée d’enquêter sur les soupçons pesant sur certaines personnes impliquées dans la gestion du fonds souverain 1MDB (1Malaysia Development Berhad).

Cette cellule, qui englobera des représentants de l’agence anti-corruption malaisienne, de la police et de la banque centrale, sera responsable en outre d’identifier et de saisir les avoirs qui auraient pu être acquis en siphonnant le fonds souverain. Ce dernier fut créé en 2009 par l’ex-premier ministre Najib Razak, dont les 10 ans de pouvoir ont pris fin par sa défaite aux législatives du 9 mai.

Lire aussi: L’élection en Malaisie peut relancer l’enquête suisse sur 1MDB

Coopération avec les Etats-Unis, Singapour et la Suisse

«La cellule d’investigation aura aussi pour mission de nouer une coopération avec divers services aux Etats-Unis, en Suisse, à Singapour, au Canada et dans d’autres pays», ont déclaré lundi les services du nouveau premier ministre Mahathir Mohamad.

Des policiers ont perquisitionné mercredi dernier le domicile de Najib Razak dans le cadre d’une affaire portant sur des soupçons de blanchiment d’argent. Mahathir Mohamad a interdit à Najib Razak et à son épouse de quitter le territoire national du fait de l’enquête sur l’affaire de corruption liée au fonds 1MDB.

Lire aussi: Affaire 1MDB: un arrangement se profile entre la justice suisse et PetroSaudi

Selon des documents du département américain de la justice, 681 millions de dollars de 1MDB ont été transférés sur le compte personnel d’une personne identifiée comme «Malaysian Official One», qui, selon des sources américaines et malaisiennes, désigne Najib Razak.

Publicité