L’Union internationale des télécommunications (UIT) ne quittera pas Genève. L’idée d’un déménagement est bel et bien enterrée. Le départ d’une organisation internationale, même en perte de vitesse, aurait été un désastreux précédent pour la place genevoise péjorée par le franc fort et les incertitudes sur les embauches de main-d’œuvre étrangère suite à la votation de 2014 contre l’immigration de masse.

«Il y a un consensus entre les Etats membres pour rester à Genève, confirme Sanjay Acharya, porte-parole de l’UIT. L’option d’un déménagement n’est plus sur la table». La Suisse refuse de crier victoire. Réunis ces jours lors de leur conseil annuel, les pays membres de l’UIT doivent encore entériner cette décision mardi prochain mais elle ne fait plus de doute.

Bâtiment vétuste

C’est l’aboutissement de deux ans de discussion, depuis que l’UIT sait qu’elle va devoir rénover son siège. L’un de ses bâtiments, à la rue de Varembé, a été construit dans les années 1960. Quant à la tour qui domine la Place des Nations, elle date de la décennie suivante. De lourds investissements sont nécessaires.

Les Etats membres avaient demandé que d’autres options soient étudiées, dont celle d’un déménagement. Les Emirats arabes unis et l’Inde ont officiellement offert d’accueillir l’organisation. Un groupe de travail a été constitué pour examiner toutes les options. Ce dernier est arrivé à la conclusion que le maintien du siège à Genève était la meilleure solution, une conclusion approuvée lors d’une commission du conseil de l’UIT jeudi.

Lire aussi: «Grande peur sur la Genève internationale» (21 avril 2016)

Les efforts que la Suisse est prête à consentir ont pesé. La Confédération et l’Etat de Genève envisagent de financer la totalité du chantier estimé à 150 millions de francs. Les sommes seraient octroyées, comme c’est l’usage pour toutes les organisations internationales, sous formes de prêts. A titre de comparaison, l’ONU devra financer la moitié de la rénovation du Palais des Nations pas d’autres moyens que les prêts octroyés par la Suisse.

Vendre la tour de l’UIT?

L’UIT n’a pas encore décidé si elle rénovera le vieux bâtiment de Varembé ou si elle en construira un nouveau à la place. L’une des autres options serait que l’UIT vende sa tour pour financer les coûts de construction d’un nouveau bâtiment.

Fondée en 1865 à Paris, l’UIT est installée à Genève depuis 1948. Environ 750 employés y travaillent. Cette agence intergouvernementale a perdu son importance au fur à mesure de l’érosion du monopole des Etats dans le secteur des télécommunications.

Le rôle de l’UIT est surtout technique: elle attribue les fréquences radioélectriques ainsi que les orbites pour les satellites et élabore les normes pour l’interconnexion des réseaux du monde entier. Elle favorise enfin l’accès aux technologies de l’information et de la communication aux communautés mal desservies. Mais son rôle dans la gouvernance d’internet, enjeu stratégique, est marginal.