La journée a de nouveau été particulièrement mouvementée pour Boris Johnson. Mercredi, le premier ministre britannique a dû présenter ses excuses à trois reprises pour le scandale du «Partygate» : devant le parlement, devant une conférence de presse, puis devant ses propres députés conservateurs réunis dans la soirée. Il parle d’une «humiliation», «accepte toute la responsabilité» de l’affaire et reconnaît avoir été présent à plusieurs pots de départ et autres fêtes, alors même que les restrictions sanitaires l’interdisaient.