Le Parquet suédois a annoncé jeudi avoir lancé un mandat d’arrêt pour viol contre le fondateur du site WikiLeaks, spécialisé dans la publication de documents confidentiels, Julian Assange.

«J’ai demandé au tribunal de Stockholm d’arrêter M. Assange en son absence en raison de soupçons de viol et d’agression sexuelle», dit la procureur chargée du dossier, Marianne Ny, dans un communiqué. «La raison de cette décision est que nous devons l’interroger», explique-t-elle. «Jusque-là, nous n’avons pu le rencontrer pour mener à bien ces interrogatoires», ajoute Mme Ny, directrice du département chargé au Parquet des crimes sexuels.

Un temps recherché en août, puis blanchi quelques heures plus tard, M. Assange, citoyen australien de 39 ans, est finalement de nouveau sous le coup d’une enquête pour viol depuis le 1er septembre.

Il a quitté la Suède en profitant de l’absence jusque-là de mandat d’arrêt. Le tribunal de Stockholm doit maintenant se prononcer sur la demande de Mme Ny et sa décision pourrait donner lieu, selon les médias suédois, à un mandat d’arrêt international.

En août le jeune homme avait dénoncé lors d’un entretien à l’AFP «un coup monté» et une instruction «troublante» dans une affaire marquée selon lui «par des vengeances personnelles, l’idéologie et le carriérisme dégoûtant» du procureur.

L’autorité suédoise de l’immigration a refusé mi-octobre de lui délivrer un permis de séjour, sans donner ses raisons. Julian Assange avait déposé en août une demande de permis de séjour en Suède, où WikiLeaks utilise des serveurs et profite d’une loi favorable sur la presse et la protection des sources. Le porte-parole du site, qui a publié récemment près de 400’000 rapports de l’armée américaine en Irak, a quitté les Etats-Unis il y a plusieurs mois pour l’Europe, indiquant craindre pour sa sécurité

Lors de son récent passage à Genève, le fondateur de WikiLeaks a expliqué qu’il aimerait s’installer en Suisse, un «pays férocement indépendant».

Il est actuellement en tête des personnalités les plus en vue pour devenir «L’homme de l’année» dans l’enquête organisée par l’hebdomadaire américain Time en vue de son traditionnel classement annuel.