Le Temps: Quelle est la situation actuellement à Manama? Mohammed Al-Maskati: L’armée a commencé à intervenir aujourd’hui, en renfort de la police. Dans la nuit de mercredi à jeudi, alors qu’une partie des manifestants campait sur la place de la Perle, les forces de police se sont postées le long d’un pont et ont attaqué les personnes dans leur sommeil avec des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes. Les opposants ont tenté de fuir, mais ils étaient attendus par un autre groupe de policiers. Deux hommes sont morts cette nuit-là. Ce matin, les affrontements ont fait des centaines de blessés et deux nouveaux morts. Les manifestations se sont déplacées aux alentours de l’hôpital, où ne cessent d’affluer de nouveaux blessés. La police s’en est prise aux ambulances, tirant sur les conducteurs avec des balles en caoutchouc. Les urgences ont besoin de sang, mais les routes sont bloquées. Toute la ville a été fermée par les militaires, qui circulent à présent dans les rues. – Quelles sont les revendications des opposants au régime? – Ils revendiquent un changement de gouvernement, l’élection du premier ministre par le peuple et la création d’une nouvelle Constitution. Ils demandent également l’arrêt des violations des droits humains, qui se perpétuent depuis au moins sept ans contre les opposants politiques, et l’amélioration des conditions de vie. Les manifestants ont tenté hier de mettre en place un comité pour organiser la révolte, avant d’être dispersés par les attaques de la police. Ce sont principalement des jeunes entre 20 et 35 ans, organisés sous le nom du Mouvement des jeunes du 14 février, en référence au premier jour de révolte. Ils se sont coordonnés sur Internet et par téléphone pour occuper la place de la Perle lundi, renommée ensuite place des Martyrs, en hommage aux deux personnes tuées au début des manifestations, le 14 et le 15 février. Et, avant tout, les manifestations restent pacifiques, personne n’a l’intention d’employer la violence. – D’après vous, que va-t-il se passer maintenant? – Les opposants sont très en colère et déterminés à poursuivre les manifestations de manière pacifique. Je pense que de plus en plus de personnes vont descendre dans la rue et que la police et les militaires vont se montrer plus violents. Aujourd’hui, il y a déjà eu énormément de blessés.