Joshua Wong, l'une des figures les plus connues de la contestation à Hongkong, et deux autres militants de premier plan vont plaider coupable lundi pour leur rôle dans des manifestations en 2019, ce qui pourrait leur valoir d'être incarcérés.

L'ex-colonie britannique a connu l'an passé sa crise politique la plus grave depuis sa rétrocession à Pékin en 1997, avec des manifestations quasi quotidiennes pour dénoncer l'influence de la Chine sur la région semi-autonome. En dépit de l'ampleur de cette mobilisation, marquée par des défilés rassemblant plus d'un million de personnes, l'exécutif hongkongais, qui est aligné sur Pékin, n'avait fait aucune concession majeure aux manifestants. Et les autorités ont riposté par une répression vigoureuse contre le mouvement pro-démocratie.

«Nous continuerons à lutter pour la liberté»

Joshua Wong est poursuivi avec deux autres dissidents célèbres, Ivan Lam et Agnes Chow, pour une manifestation devant le quartier général de la police de Hongkong le 21 juin 2019, une dizaine de jours après le début de la contestation.

Lire aussi: A Hongkong, l’opposant Joshua Wong a été arrêté

«Nous avons tous trois décidé de plaider coupable de tous les chefs d'accusation», a déclaré Joshua Wong devant les journalistes à son arrivée au tribunal. «Je ne serais pas surpris si j'étais envoyé immédiatement en détention aujourd'hui.» «Nous continuerons à lutter pour la liberté, et ce n'est pas le moment de nous aplatir devant Pékin ni de nous rendre», a poursuivi celui qui avait été en 2014 le visage du «Mouvement des parapluies».

Jets d'oeufs, graffitis... Le siège de la police et les commissariats de quartiers avaient été pris pour cibles par les manifestants qui demandaient notamment une enquête indépendante sur les «violences» qu'ils imputaient aux forces de l'ordre.

L'activiste a été jusqu'à la grève de la faim

MM. Lam, Wong et Chow sont poursuivis pour incitation, organisation et participation à un rassemblement illégal. Agnes Chow avait déjà fait part de son intention de plaider coupable, une stratégie qui peut lui permettre d'obtenir une peine moins lourde. Mais Joshua Wong et Ivan Lam avaient initialement annoncé qu'ils contesteraient les chefs d'accusation. Ils risquent jusqu'à cinq ans de prison.

A lire également: Hongkong va «appliquer vigoureusement» la loi sur la sécurité nationale

En dépit de sa jeunesse, Joshua Wong a déjà effectué des séjours derrière les barreaux, lui qui est déjà un vieux briscard de la lutte politique. Il avait fait ses armes à 13 ans dans le combat -perdu- contre une ligne à grande vitesse reliant Hongkong et la Chine continentale. En 2011, il avait cofondé Scholarism, un groupuscule étudiant qui sera à la pointe de la bataille -gagnée- contre l'introduction de cours de patriotisme chinois. A l'âge de 15 ans, il était allé jusqu'à faire la grève de la faim sous les fenêtres du gouvernement local.

Mais c'est son engagement dans le «Mouvement des Parapluies», en 2014, qui a fait réellement connaître au monde son visage juvénile, sa frange tombant sur des lunettes aux épaisses montures noires et, déjà, son extraordinaire assurance face aux caméras.

Plusieurs poursuites contre Joshua Wong

Outre un réel suffrage universel, les manifestants qui avaient occupé le centre de Hongkong pendant 79 jours réclamaient la fin des ingérences de la Chine à Hongkong, territoire censé jouir d'une autonomie jusqu'en 2047.

Six ans plus tard, leurs craintes se sont matérialisées avec la loi sur la sécurité nationale que Pékin a imposée à Hongkong le 30 juin, les vagues d'arrestations, la restriction des libertés et les départs en exil.

Une revue de presse de juillet 2020: Que faire pour Hongkong à part protester en vain?

Joshua Wong, dont les candidatures aux élections locales de 2019 et aux prochaines législatives ont été invalidées, est actuellement sous le coup de plusieurs procédures judiciaires. Outre son implication dans le mouvement de 2019, il est notamment poursuivi pour avoir participé en juin à la traditionnelle veillée annuelle en souvenir de la répression de Tiananmen en 1989, qui avait été pour la première fois interdite, officiellement à cause du coronavirus.