Le gouvernement espagnol a dénoncé la «violence généralisée» dans plusieurs manifestations ayant eu lieu mardi soir en Catalogne et notamment à Barcelone pour protester contre la condamnation de dirigeants indépendantistes catalans. Elles ont rassemblé des dizaines de milliers de manifestants.

«Une minorité veut imposer la violence dans les rues des villes catalanes, particulièrement à Barcelone, Tarragone, Gérone et Lérida. La violence de ce soir a été généralisée dans toutes les manifestations», a écrit le gouvernement du socialiste Pedro Sanchez.

Lire aussi: Des Catalans attirés par l’action clandestine

Dans la métropole catalane, la police a chargé des centaines de manifestants, le visage masqué, qui lançaient toutes sortes de projectiles sur les agents et ont fait des feux devant les cordons policiers.

Des heurts ont débuté à l'aéroport de Barcelone

«Il est évident que nous ne sommes pas face à un mouvement citoyen pacifique mais (face à un mouvement) coordonné par des groupes qui utilisent la violence dans la rue pour rompre la coexistence en Catalogne», a ajouté le gouvernement. «L'objectif du gouvernement espagnol est et sera à tout moment de garantir la sécurité et la coexistence en Catalogne.»

Ces manifestations font suite à la condamnation lundi de neuf dirigeants indépendantistes à des peines allant de 9 à 13 ans de prison pour leur rôle dans la tentative de sécession d'octobre 2017.

Lire aussi:  La justice espagnole frappe durement le séparatisme catalan

Lundi déjà, des heurts ont eu lieu à l'aéroport de Barcelone entre forces de l'ordre et manifestants qui en avaient bloqué les accès durant plusieurs heures, entraînant l'annulation de 110 vols.