L'essentiel

Des opposants aux restrictions imposées en raison du coronavirus ont lancé des appels à manifester dans plusieurs villes de Suisse samedi. Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées à Berne.

La Chine a admis samedi que le Covid-19 avait révélé des «lacunes» dans son système de santé et de prévention des maladies infectieuses. Ces propos interviennent sur fond de critiques du président américain Donald Trump.

La Suisse n'atteindra certainement pas l'immunité de groupe cet été, estime l'épidémiologiste fribourgeois Arnaud Chiolero

Quarante-quatre nouveaux cas ont été enregistrés en 24 heures, a annoncé samedi l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Au total, la Suisse compte 30'251 cas confirmés en laboratoire.

Retrouvez les nouvelles de vendredi.


■ Manifestation contre les restrictions à Berne et St-Gall

Des opposants aux restrictions imposées en raison du coronavirus ont lancé des appels à manifester dans plusieurs villes de Suisse samedi. Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées à Berne. Les protestataires se tenaient très proches les uns des autres à la lisière de la Place fédérale. Un peu plus loin, un groupe chantait des chansons, a constaté l'agence Keystone-ATS sur place.

Les manifestants accusaient les restrictions imposées en raison du coronavirus de violer les droits fondamentaux. Présente en force, la police a vu ses appels accueillis par un concert de sifflets et de huées.

Dans la matinée, environ 80 personnes avaient manifesté à St-Gall. Là aussi, la police est intervenue pour disperser ce rassemblement non-autorisé. L'intervention s'est déroulée de manière pacifique, a précisé la police dans un communiqué.

Dans l'après-midi, entre 100 et 200 personnes se sont rassemblées sur la place du Sechseläuten, à Zurich pour réclamer une levée des mesures d'urgence. La police était là aussi présente en force, a indiqué un porte-parole des autorités. Les rassemblements de plus de cinq personnes y sont comme ailleurs toujours interdits.


■ Le point sur la pandémie dans le monde

Les chiffres. La pandémie de nouveau coronavirus a fait plus de 275 000 morts dans le monde, dont près de 85% en Europe et aux Etats-Unis, depuis son apparition en Chine en décembre, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles samedi à 14h50 GMT.

Au total, 275 018 décès ont été recensés dans le monde (pour 3,955 millions de cas), dont 154 313 en Europe (1 699 566 cas), continent le plus touché. Les États-Unis sont le pays ayant enregistré le plus de morts (77 280), devant le Royaume-Uni(31 241), l'Italie (30 201), l'Espagne (26 478) et la France (26 230).

 

UE. Les 27 chefs d'Etat et de gouvernement, flanqués des dirigeants des trois institutions de l'UE, ont prôné la solidarité pour sortir «plus forts» de l'épreuve, dans une vidéo publiée sur Twitter à l'occasion de la journée de l'Europe. Initiative inédite, la vidéo réunit les dirigeants pour un message qui se veut optimiste en ce 70e anniversaire de la déclaration de Robert Schuman, considérée comme le texte fondateur de la construction européenne.

France. Alors que la France vit son dernier weekend sous cloche, les députés ont voté la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 10 juillet. Le texte permet notamment des mesures restrictives des libertés et la création controversée d'un «système d'information» pour identifier les personnes infectées et leurs contacts. Air France a annoncé le contrôle à partir de lundi de la température de ses passagers.

Armistice. Le coronavirus a contraint la Russie à célébrer sans faste les 75 ans de la fin de la Seconde Guerre mondiale, se contentant d'un défilé aérien et d'un sobre discours de Vladimir Poutine devant la flamme du soldat inconnu. «Nous savons et nous avons fermement la foi d'être invincibles lorsque nous sommes unis», a-t-il déclaré, avant une minute de silence.

Le Bélarus voisin a célébré, en revanche, en grande pompe les commémorations de la victoire sur l'Allemagne nazie avec une grande parade militaire à Minsk et des événements publics malgré la pandémie.

Allemagne. De nombreuses voix s'élèvent en Allemagne, tant dans le camp des conservateurs que des sociaux-démocrates, pour lever au plus vite les restrictions, et supprimer les contrôles aux frontières.

Royaume-Uni. La reine Elisabeth II s'est employée à remonter le moral des Britanniques, durement touchés par la pandémie, en leur rappelant qu'ils ne devaient «jamais perdre espoir», lors d'un discours diffusé vendredi, jour de commémoration du 8 mai 1945.


■ La Chine admet des «lacunes» dans son système de santé

La Chine a admis samedi que le Covid-19 avait révélé des «lacunes» dans son système de santé et de prévention des maladies infectieuses. Ces propos de la vice-ministre de la Santé Li Bin interviennent sur fond de critiques du président américain Donald Trump.

Le président Xi Jinping avait déjà utilisé le même vocabulaire en février. Mais les propos de samedi interviennent au moment où les Etats-Unis reprochent à Pékin d'avoir dissimulé des informations et d'avoir mal géré la crise. Donald Trump a notamment affirmé cette semaine que la pandémie «aurait pu être arrêté en Chine».

Plus de 80 000 personnes ont été contaminées par le coronavirus en Chine et 4633 en sont mortes, selon le dernier bilan officiel. Pékin a dit vendredi soutenir la création d'une commission sous l'égide de l'OMS afin d'évaluer «la réponse mondiale» au Covid-19, mais uniquement «après la fin de l'épidémie».


■ La Suisse n'atteindra probablement pas l'immunité de groupe cet été

La Suisse n'atteindra certainement pas l'immunité de groupe face au coronavirus cet été, estime l'épidémiologiste fribourgeois Arnaud Chiolero. Le virus a peu circulé dans la population en raison des mesures de distanciation sociale.

Seuls 9,7% de la population genevoise a été exposée au Covid-19, selon les résultats de la première phase de l'étude Corona Immunitas publiés vendredi. «Ce taux est bas», mais il est «cohérent avec d'autres études menées dans le monde», notamment en Californie, explique M. Chiolero dans une interview publiée samedi par La Liberté.


■ Quarante-quatre nouveaux cas de coronavirus en Suisse

Quarante-quatre nouveaux cas de coronavirus ont été enregistrés en 24 heures, a annoncé samedi l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Au total, la Suisse compte 30'251 cas confirmés en laboratoire.

L’incidence se monte à 352 cas pour 100'000 habitants, précise l'OFSP, qui rappelle que le nombre de cas est soumis à des fluctuations hebdomadaires, avec des chiffres plus faibles le week-end. Vendredi, le nombre de nouveaux cas annoncés était de 81, contre 66 jeudi, 51 mercredi et 28 mardi.

A l’heure actuelle, 1532 personnes sont décédées en lien avec un COVID-19 confirmé, soit six de plus que vendredi. (ATS)


■ Explosion attendue du chômage des jeunes cet été

Le chômage des jeunes devrait augmenter de manière spectaculaire cet été, selon l'économiste Stefan Wolter. Sur le long terme, la crise du coronavirus pourrait aussi avoir des effets financiers sur le système éducatif, en particulier les salaires et la recherche.

La situation de l'emploi pour les jeunes qui quittent l'école et les apprentis devient un véritable défi, a déclaré M. Wolter dans une interview samedi au Tages-Anzeiger et au Bund.


■ Les cantons sont en charge du traçage des chaînes de contamination (Berset)

Le traçage des chaînes de contamination du nouveau coronavirus incombe aux cantons, assure samedi dans la presse le conseiller fédéral Alain Berset. Selon lui, la loi sur les épidémies leur donne la compétence en la matière.

Les cantons sont en train de mettre sur pied le traçage, ajoute le ministre suisse de l'intérieur, interrogé par les journaux alémaniques du groupe de presse Tamedia. Il faut à tout prix empêcher la perte du contrôle des chaînes d'infection, ajoute-t-il.

Matthias Egger, chef du groupe de travail Covid-19 de la Confédération helvétique, observe avec une certaine inquiétude les nombreux assouplissements des restrictions prévus la semaine prochaine. Ses craintes portent notamment sur le non-respect des règles en vigueur.

«Il y a un risque d'une nouvelle hausse des cas de coronavirus», a-t-il déclaré vendredi soir à la radio et télévion alémanique SRF. «Respectez les règles», a-t-il lancé à destination des Suisses. «Ce n'est pas encore fini».


■ Le ping pong, nouvel eldorado des parieurs

Fautes de courses de chevaux, de grands championnats de foot et de tournois de tennis, paralysés par la pandémie, les parieurs ont dû trouver des ersatz. Le ping pong a su saisir la balle au bond pour se trouver un nouveau public, avec des tournois qui continuent à avoir lieu en Europe de l'Est, notamment en Russie.

«Imaginer que le tennis de table serait le produit le plus consommé un samedi après-midi aurait été insensé il y a quelques semaines», s'amuse Matt Fowler, directeur du service chargé de veiller au respect de la réglementation des paris au sein de l'association internationale pour l'intégrité des paris (IBIA).

La société de paris italienne Snaitech a ainsi lancé un "talk show" quotidien sur une de ses radios en ligne consacré «au tennis de table et aux championnats (de foot) du Nicaragua et du Bélarus», pour aider ses clients «à suivre ces nouveaux marchés», explique son PDG Fabio Schivaolin.(AFP)


■ Plus de 1600 morts aux Etats-Unis en 24 heures

Les Etats-Unis ont enregistré vendredi 1635 décès dus au coronavirus en 24 heures, portant le bilan total de la pandémie dans le pays à 77 178 morts, selon le comptage de l'université Johns Hopkins. Ils comptent également plus de 1,28 million de cas officiellement diagnostiqués (+29 079).

Presque 200 000 personnes ont en outre été déclarées guéries. Les bilans journaliers aux Etats-Unis ne sont pas passés sous la barre des 1000 morts depuis le 1er avril. Après avoir enregistré plus de 3100 morts en 24 heures mi-avril, le pays est aujourd'hui bloqué sur un plateau dont il n'arrive pas à redescendre.


■ Suisse Tourisme craint une vague de faillite

L'année 2020 s'annonce épouvantable pour le tourisme suisse, affirme le directeur de Suisse Tourisme, Martin Nydegger. Une vague de faillite due à la crise liée au nouveau coronavirus est probablement inévitable, estime-t-il.

Selon plusieurs sondages, 23% des quelque 4000 établissements touristiques de Suisse ne sortiront pas indemnes de la crise, déclare M. Nydegger dans un entretien diffusé samedi par les journaux du groupe de presse CH Media. Il craint qu'un retour aux réservations de 2019 n'arrive pas avant cinq ans. (ATS)


■ Pas d'urgence pour Trump à faire un nouveau plan d'aide économique

Le président Donald Trump a déclaré vendredi qu'il n'était «pas pressé» de trouver un accord avec les démocrates concernant un nouveau plan d'aide aux Américains touchés par la crise du coronavirus. Le taux de chômage a pourtant explosé aux Etats-Unis, à 14,7%.

Les démocrates du congrès, menés par la speaker Nancy Pelosi, travaillent sur une nouvelle série de mesures de plusieurs milliards de dollars, incluant des aides aux Etats américains, au paiement des loyers ou au remboursement de prêts, ou encore des protections sur les salaires.

Le texte pourrait être soumis au vote à la chambre des représentants, si celle-ci reprend un fonctionnement normal la semaine prochaine, selon Mme Pelosi. Mais le président américain a voulu tempérer tout sentiment d'urgence, malgré les chiffres du chômage alarmants publiés vendredi, avec un taux atteignant 14,7%. (ATS)


■ La porte-parole du vice-président américain a été testée positive

La porte-parole du vice-président américain a été testée positive au nouveau coronavirus, selon des sources officielles. Il s'agit du deuxième cas cette semaine à la Maison-Blanche, alors que le président américain Donald Trump assiste à des événements sans masque.

La porte-parole Katie Miller est la femme de Stephen Miller, l'un des plus proches conseillers de Donald Trump et l'artisan de sa politique anti-immigration. Elle était présente jeudi lors d'une cérémonie à laquelle assistait Donald Trump et la première dame Melania, ainsi que l'épouse du vice-président Mike Pence. (ATS)