Israël

Manifestations d’Africains en Israël: «Nous sommes un pays très démocratique»

Plus de 30 000 Africains émigrés illégalement en Israël ont manifesté dimanche contre une nouvelle loi qui les oblige à pointer plusieurs fois par jour dans des centres de rétention et à y dormir. Ils dénoncent le racisme de la société et demandent le statut de réfugié. Explications avec le politologue Ilane Greilsamer

Le Temps: L’ampleur de la manifestation de dimanche à Tel-Aviv a surpris…

Ilane Greilsamer: Le problème de l’immigration clandestine que les Européens rencontrent par exemple à Lampedusa se pose aussi en Israël. Des milliers et des milliers de clandestins d’Afrique tentent de quitter des conditions de vie déplorables et viennent, en traversant la frontière du Sinaï, souvent en passant par des tribus bédouines qui les rançonnent. Israël est un petit pays, de moins de 8 millions d’habitants. Nous avons le même problème que les Européens, d’un côté en souvenir des persécutions du passé on essaie de trouver des solutions humanitaires, mais en période de crise économique, c’est impossible d’accueillir tout le monde, alors le gouvernement louvoie. Dans le sud de Tel-Aviv, un très grand nombre de clandestins vivent dans des conditions qui ne sont pas bonnes, et c’est un euphémisme. Donc il y a des manifestations. On oublie trop souvent à cause de la colonisation qu’Israël est un pays très démocratique, on peut y manifester son opinion sans crainte.

– Les manifestants dénoncent une société de plus en plus raciste…

– Quand j’entends tout ce qui a été dit sur Christiane Taubira en France… Cela n’arriverait pas en Israël. En Europe on se dit – avec ce qu’ils ont vécu et souffert, ils devraient être plus humains. Mais il y a du racisme dans toutes les sociétés, et il y en a bien moins chez nous qu’en Europe. C’est un phénomène général, une arrivée massive de clandestins déclenche un ressentiment profond chez certains. Dans le sud de Tel-Aviv il y a des gens très pauvres, qui pensent que les immigrés reçoivent plus d’avantages.

– Comment voyez-vous la suite des événements?

– Ces émigrants, qui ne cherchent pas spécialement à venir en Israël, sont prêts à tout pour partir. L’Union européenne n’est pas capable de les accueillir et de les intégrer, mais les Européens pensent qu’on va faire mieux… Les gens sont coincés. Tous les pays devraient travailler ensemble pour améliorer les conditions de vie et de travail en Afrique.

Publicité