Un économiste libéral signataire de la Charte 08

Le professeur Mao Yushi, 84 ans, nous reçoit chez lui à Pékin un mercredi de décembre. L’appartement, relativement spacieux, est situé au rez-de-chaussée d’un immeuble rose de quatre étages, dans un ensemble résidentiel ancien mais calme et impeccablement tenu, à deux pas du Ministère des finances. Notre entretien a lieu au salon, devant un verre de thé. Le professeur Mao, qui n’entend plus très bien, a fixé son appareil auditif.

Mao Yushi est né en 1928 à Nankin. Il est économiste et a participé, en 1993, à la fondation d’Unirule, un think tank chinois indépendant qui encourage les débats d’idées dans le domaine de l’économie. De tendance libérale, il est favorable à l’économie de marché et aux privatisations. En 2008, Mao Yushi apparaissait en troisième position sur la liste des 303 signataires de la Charte 08, manifeste en faveur de la démocratie publié le 10 décembre 2008, qui est à l’origine de la condamnation à 12 ans de prison du Prix Nobel de la paix Liu Xiaobo. En 2012, il s’est vu décerner le Prix Milton Friedman pour la liberté, du Cato Institute.

Il entame des études commerciales à Shanghai juste après la guerre. A la fondation de la République populaire, Mao Yushi part travailler en Mandchourie comme conducteur de locomotive. En 1958, il est considéré comme «droitier» et passera trois années de rééducation par le travail. Pendant la Révolution culturelle, il est critiqué en public et à nouveau envoyé à la campagne. Dans les années 1980, il part étudier à Harvard. Mao Yushi est actif sur les réseaux sociaux, en particulier Weibo, l’équivalent chinois de Twitter, avec 1,8 million de «followers».