FRANCE

Ce mardi matin, le feu est maîtrisé

La cathédrale Notre-Dame est défigurée, mais ne s'est pas totalement effondrée grâce à l'intervention des pompiers qui ont sauvé la structure de l'édifice

L'incendie, qui ravage la cathédrale Notre-Dame à Paris depuis lundi soir, est «complètement maîtrisé», ont annoncé mardi matin les pompiers après plusieurs heures à lutter contre des flammes. Le feu est partiellement éteint. «Il reste des foyers résiduels à éteindre», a expliqué le porte-parole des pompiers de Paris.

Malgré tout, le «bilan matériel est dramatique», a affirmé le porte-parole: «L'ensemble de la toiture est sinistré; l'ensemble de la charpente est détruit; une partie de la voûte s'est effondrée». La cathédrale Notre-Dame est défigurée, mais ne s'est pas totalement effondrée grâce à l'intervention de 400 pompiers qui ont sauvé la structure de l'édifice. La flèche qui surplombait ce joyau gothique et ses vitraux centenaires n'ont toutefois pas résisté aux flammes. Mais les deux tours de Notre-Dame (étaient) et sa structure ont été sauvées.

Lire aussi le live:  Notre-Dame de Paris en flammes, la France bouleversée

La couronne d'épines et la tunique de Saint-Louis ont également été «sauvées» de l'incendie, a pour sa part indiqué Mgr Patrick Chauvet, recteur de la cathédrale. La couronne d'épines est, selon la croyance des catholiques, celle que les soldats romains auraient posée sur la tête de Jésus pour se moquer de lui peu avant sa crucifixion.

L'incendie s'est déclaré peu avant 18 heures. Il s'est propagé à grande vitesse, emportant la toiture de la cathédrale construite entre le XIIe et le XIVe siècle au coeur de la capitale française. Il a pris dans les combles de l'édifice, ont indiqué les pompiers, évoquant «un feu difficile». 

Une enquête ouverte pour «destruction involontaire par incendie»

Le feu, dont l'origine est inconnue, est parti des combles, puis s'est propagé extrêmement vite à une grande partie du toit. Les flammes ont dévoré la charpente, longue de plus de 100 mètres et baptisée... «la forêt»: «En raison du grand nombre de poutres qu'il a fallu utiliser pour la mettre en place, chaque poutre provenant d'un arbre.»

Une enquête a été ouverte pour «destruction involontaire par incendie», a annoncé le parquet de Paris. La piste d'un départ de feu accidentel depuis le chantier en cours sur le toit de la cathédrale «retient l'attention des enquêteurs en l'état des investigations», a précisé une source proche du dossier. Les ouvriers du chantier étaient entendus lundi soir par les enquêteurs, selon le parquet.

Une souscription nationale sera lancée

Monument historique le plus visité d'Europe, la cathédrale gothique est inscrite au patrimoine mondial de l'humanité depuis 1991. Entre 12 à 14 millions de touristes visitent chaque année ce chef-d'oeuvre de l'architecture gothique situé sur l'île de la Cité et des milliers de personnes, Parisiens et touristes, ont assisté au désastre.

Lire aussi: Stupéfait, le monde voit brûler la cathédrale Notre-Dame de Paris

Restaurer le bâtiment prendra «des années de travaux», a estimé le nouveau président de la Conférence des évêques de France (CEF), Eric de Moulins-Beaufort. Le président français Emmanuel Macron a promis de la «rebâtir». Il a assuré qu'une «souscription nationale sera lancée», et que «bien au-delà de nos frontières, nous ferons appel aux plus grands talents (...), qui viendront y contribuer, et nous rebâtirons».

D'ores et déjà, la famille Pinault a annoncé qu'elle va débloquer 100 millions d'euros (113 millions de francs) pour participer à la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris. «Cette tragédie frappe tous les Français et bien au-delà tous ceux qui sont attachés aux valeurs spirituelles. Face à un tel drame, chacun souhaite redonner vie au plus vite à ce joyau de notre patrimoine», écrit le président de la holding familiale et du groupe de luxe Kering, François-Henri Pinault, troisième fortune de France.


Une solidarité internationale

«Symbole de la France»: de Berlin, Londres, Washington et d'autres capitales, les réactions se sont multipliées lundi soir après l'incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris. «Ces horribles images de Notre-Dame en feu font mal. Notre-Dame est un symbole de la France et de notre culture européenne. Nous sommes avec nos pensées avec les amis français», a tweeté le porte-parole de la chancelière Angela Merkel, Steffen Seibert.

Des propos repris par la Première ministre Theresa May qui a également adressé ses «pensées aux services d'urgence qui combattent le terrible incendie de la cathédrale Notre-Dame». Les voisins belges, au travers du Premier ministre belge Charles Michel, ont également rappelé l'importance de Notre Dame dans l'histoire. 

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a regretté un «triste spectacle» quand Donald Tusk, président du Conseil européen, écrit sur Twitter «Notre-Dame de Paris est Notre-Dame de toute l'Europe».

Le secrétaire général Antonio Guterres, s'est déclaré «horrifié par les images de l'incendie», quand l'Unesco a annoncé se tenir aux «côtés de la France pour sauvegarder et réhabiliter ce patrimoine inestimable».

Le président Donald Trump a, lui, appelé à «agir vite», conseillant le recours à des «bombardiers d'eau». Plus tard, à la tribune d'une réunion politique, il a estimé que la cathédrale était «l'un des grands trésors du monde». «C'est au-delà des pays, c'est au-delà de tout». «Notre-Dame est l'un des grands trésors du monde, et nous pensons au peuple de France dans ce moment douloureux», a de son côté tweeté l'ex-président Barack Obama.

S'adressant aux catholiques français, comme les Parisiens, le Vatican a exprimé son incrédulité et tristesse face à cet incendie qui a touché le «symbole de la chrétienté, en France et dans le monde». 

Publicité