Mariage délicat avec «L’Obs»

Pour l’heure, la version officielle est limpide: Le Monde et L’Obs (le nouveau nom du Nouvel Observateur depuis octobre 2014), possédés en majorité par le même trio d’actionnaires, ne sont pas encore mariés. L’union, dont les contours restent à définir, sera le grand chantier éditorial du nouveau siège des deux titres, annoncé pour la fin 2017. «Chacun gardera son identité et jouera son rôle», promet le nouveau directeur du Monde, Jérôme Fenoglio. Lequel pourrait nommer à ses côtés, pour réfléchir entre autres aux synergies éditoriales, son prédécesseur immédiat Gilles van Kote.

Difficile, toutefois, de ne pas voir les difficultés d’un tel mariage, qui obligera L’Obs à trouver sa place aux côtés de M, le magazine du week-end, Courrier international et Télérama, l’hebdomadaire culturel du groupe.