«La logique des institutions veut que le président de la République ait une majorité», déclarait récemment Marine Le Pen sur BFMTV. Se pose aujourd’hui une question: qui est son adversaire? Emmanuel Macron, qui l’a battue au second tour de l’élection présidentielle? Ou Jean-Luc Mélenchon, qu’elle a devancé au premier tour et avec qui elle joue au chat et à la souris depuis cinq ans?