Lu ailleurs

Marine Le Pen doit rembourser 340 000 euros au Parlement européen pour une affaire d’emplois fictifs

La présidente du Front national a fait rémunérer ses collaborateurs par le Parlement européen alors qu’ils travaillaient pour le compte de son parti en France. Elle doit rembourser une forte somme d’ici à ce mardi soir

Le candidat de la droite François Fillon n’est pas le seul à se retrouver empêtré dans une affaire d’emploi fictif. L’Office européen de lutte antifraude mène des enquêtes approfondies sur une vingtaine de collaborateurs du Front national. Les deux premières enquêtes ont déjà condamné Marine Le Pen à rembourser plus de 340 000 euros au Parlement européen.

Marine Le Pen a jusqu’à ce soir minuit pour rembourser 296 497,87 euros pour une affaire d’emploi fictif, a révélé le magazine français Challenges. Cette somme est celle indûment perçue par son assistante et ex-belle sœur Catherine Griset entre 2010 et 2016. Alors qu’elle était rémunérée comme assistante parlementaire celle-ci exerçait la fonction de cheffe de cabinet de la présidente du Front national en région parisienne. Il faut y ajouter 41 554 euros touchés par son garde du corps Thierry Légier lui aussi pour un emploi fictif d’attaché parlementaire et qui devront être remboursés avant la fin du mois de février.

A lire aussi: En Allemagne, Marine Le Pen prédit le «réveil» de l’Europe

Un préjudice total de 7 millions d’euros

L’office européen de lutte antifraude a constaté en examinant l’organigramme du Front national qu’une vingtaine de membres du parti rémunérés pour travailler au Parlement européen œuvraient à temps partiel ou complet pour le compte du parti à Paris. Le préjudice au détriment du contribuable européen occasionné dépasserait les 7 millions d’euros en à peine huit mois selon RFI.

Fin octobre, l’avocat de Marine Le Pen, Marcel Ceccaldi, avait dénoncé dans cette affaire une «manœuvre» pour «gêner l’action de Marine Le Pen au Parlement européen». «Comment peut-on séparer le travail d’assistant d’un député européen et ses activités auprès de la présidente d’un grand parti politique? Les questions européennes et les questions sociétales françaises comme les flux migratoires ou l’espace Schengen sont intimement liées», avait-il alors avancé. Marine Le Pen n’a fourni depuis aucune preuve du travail de ses collaborateurs pour le Parlement européen.

Une information judiciaire ouverte en France

Si Marine Le Pen ne rembourse pas la somme détournée dans les délais, la moitié de ses indemnités parlementaires et de ses frais de séjour, ainsi que la totalité de ses frais forfaitaires de secrétariat lui seront retenus jusqu’au remboursement complet de sa dette. Sans compter les intérêts.

«Je remarque qu’on n’a pas du tout entendu Marine Le Pen s’exprimer sur la situation de Penelope Fillon ni de François Fillon ces derniers jours alors qu’elle est généralement plutôt prompte à sauter sur les médias pour dénigrer le comportement d’hommes et de femmes politiques», a commenté la vice-présidente du Parlement européen Sylvie Guillaume sur les ondes de RFI.

En plus de cette procédure de remboursement, une information judiciaire a été ouverte en France pour abus de confiance et recel, escroqueries en bande organisée, faux et usage de faux et travail dissimulé.

Publicité