Oubliée, la rue des Suisses! A Nanterre, préfecture du riche département des Hauts-de-Seine à l’ouest de Paris, cette artère abritait depuis les années 1980 le quartier général du Front national, devenu le Rassemblement national (RN) en juin 2018. Voici donc définitivement coupé, sur le plan géographique au moins, le cordon qui reliait le parti d’extrême droite à son passé. Le nouveau Q.G. du RN se trouvera bientôt dans le XVIe arrondissement de Paris, réputé le plus chic, et Marine Le Pen l’utilisera aussi comme Q.G. de sa campagne présidentielle.

Moins de «très mauvaise opinion»

Ce changement de décor est destiné à renforcer, un an pile avant le premier tour de l’élection présidentielle de 2022 (entre le 10 et le 24 avril), l’image d’une formation politique «normalisée», prête à gouverner. «La surprise vient du fait que les sondages qui placent aujourd’hui la candidate du Rassemblement national aux portes du pouvoir ne provoquent pas de grande réaction, juge, dans Le Figaro, le politologue Jérôme Jaffré. Désormais, celle-ci prépare déjà le second tour du scrutin.»